Lutte contre le covid-19 : Des chefs religieux affrontent l’Etat

Il y a une catégorie de Sénégalais qui peinent encore à respecter l’état d’urgence ainsi que le couvre-feu qui ont été instaurés depuis la propagation de la pandémie du covid-19 sur le territoire national. Il n’y a pas que les jeunes de la Médina à se mettre à braver les interdictions. Des imams ainsi que des chefs religieux ont du mal à admettre que l’interdiction de rassemblements frappe également les mosquées.

Il ne se passe un seul vendredi depuis l’instauration de l’état d’urgence sans que l’on entende que dans telle mosquée, les forces de l’ordre se sont rendus pour interpeller des imams et des fidèles venus à la prière. Pendant ce temps, le coronavirus ne cesse de s’installer et de faire des ravages au sein des populations.

C’est à croire que tous ceux qui se mettent à braver les interdictions en voulant organiser des prières dans les mosquées sont devenus les seuls croyants dans le monde. A la Mecque, haut lieu de l’islam, les mosquées ont fermées. L’interdiction de tout rassemblement est respectée dans ce lieu saint de l’islam.

A Léona Niassène, l’imam de la mosquée qui bénéficie du feu vert du khalife se met à défier les autorités pour appeler les fidèles à venir faire la prière. A Médina Gounass où l’on se montre récalcitrant à appliquer l’interdiction de rassemblements, les fidèles continuant toujours de prendre d’assaut les mosquées, le coronavirus est en train de frapper. Ils sont plus d’une cinquantaine à Médina Gounass à avoir contracté la maladie.

La liberté de culte est garantie par la Constitution au Sénégal. Mais, c’est parce que, il y a une situation exceptionnelle que tout rassemblement est interdit dans tous les lieux de culte en attendant de vaincre la pandémie du coronavirus. Et les chefs religieux sont appelés à être à la pointe du combat contre le coronavirus. Il est vrai que l’interdiction de rassemblement dans les mosquées ne fait pas l’affaire de certains imams.

La rédaction de Xibaaru