Coronavirus et Aide Alimentaire d’urgence : Notre dignité à l’épreuve du Riz…Par Damel Meissa Fall

Prise dans toutes ses acceptions, la dignité peut se résumer au respect de l’autre et de soi-même. Une valeur dont se targue tou citoyen sénégalais, comme nulle part ailleurs, et qui devrait exempter nos âmes bénies de toute forme de corruption, d’exploitation et de soumission.
Ramenée au réel bien corrosif du covid19, la dignité à l’envie revendiquée sous nos cieux devrait, non seulement amener chacun à prendre soin de lui-même et par conséquent de tous les autres, mais également, dicter une conduite exemplaire à tous ceux qui ont la responsabilité de veiller sur les plus vulnérables, à quelque échelon que ce soit.
Cependant, depuis samedi, avec le débarquement du riz tant attendu de l’aide alimentaire d’urgence, le pays est sous tension. Aux prouesses des Seydi et consorts ont succédé les richesses décriées des Hachem et Diop Sy. Les activistes de tout poil ont repris le mégaphone. Les droits-de-l’hommistes déserteurs pour quelques macarons et strapontins nous reviennent avec quelques reminiscenses guerrières. Bien fréquentés et effervescents sont les grands places au mépris de la raison et de la responsabilité. Et tonnent les réseaux sociaux, qui n’ont observé aucun répit après le séisme Mira. Le riz, le riz et encore le riz !!! Au point de ravir la vedette à nos professionnels de santé, qui sont en train de réaliser des prouesses. Ne leur disons jamais assez MERCI.
Comme si le covid19 gagnant du terrain ne suffisait pas comme adversaire, il est depuis samedi davantage question de distribution que de propagation, de voleur que de sauveteur, de division que de communion, de scandale que de médical. Et que diable ces sacs rouges réveillent les vociférations jusque-là si bien contenues. Le riz des plus vulnérables est simplement en train de substituer à la paix des braves politiciens la guerre des citoyens. Et c’est malheureux ! Même honteux, pour un peuple qui se vante de sa religiosité et de sa civilisation supérieure.
Mais qu’arrive-t-il à ce peuple si imbu de sa dignité ? Or, bien réelle et pas simplement phantasmée, cette dignité, consubstantielle à toute religiosité et à toute sagacité, susurre assurément aux oreilles des décideurs, distributeurs, commerçants et nantis, pour dire : ne soyez pas ces vautours qui prospèrent sur la misère du peuple en spéculant sur la vie des plus vulnérables. Alors pourquoi un tel vacarme ? Parce qu’à l’épreuve de ce riz destiné aux plus vulnérables, ce peuple est brutalement confronté à ses pires ennemis : un égoïsme et un opportunisme devenus consubstantiel à son être.
Des non-nécessiteux se muent en harceleurs, pour la seule même raison : le riz ! Or, bien des gens ou groupes qui réclament intercession pour recevoir « leur » part sont capables, d’eux-mêmes ou grâce à la solidarité interne, de traverser la crise sans écueil. Certains étant du reste déjà aidés par un bienfaiteur, un politicien, un sportif expatrié ou une mairie. Alors que veulent-ils, que soit déclaré l’état d’indigence après l’instauration de l’état d’urgence ? Faut-il le rappeler, il ne s’agit pas d’accumuler pour la prochaine soudure, mais de faire face aux demandes induites par la crise. Dans la dignité !
Si certains, à la faveur de l’aide alimentaire d’urgence se décrètent nécessiteux, il ne faut guère s’étonner que les distributeurs de cette aide abusent de leur position et se servent. Surtout si l’entourage martèle à dessein que « tout le monde fait comme ça ». Sans oublier ceux qui, par cynisme ou renoncement, ne trouve rien à redire.
Bref, il est convenu que l’aide alimentaire d’urgence sera détournée. Pis, ce détournement est accepté. De nombreux bénéficiaires du monde rural disant qu’ils seraient heureux de recevoir 5kg de riz au lieu des 100kg auxquels ils ont droit. Mais non sans raison. Ils ont coutume d’être spoliés. En effet, ayant grandi à côté de pères qui vivent l’échine courbée face à des maires (anciens présidents de communautés rurales) qui règnent en maîtres absolus, avec le pouvoir de priver quiconque les contredit de terres, de semences ou d’intrants, ils ont assimilé toutes les règles de la soumission. Or, la dignité leur intime l’ordre d’exiger jusqu’à leur dernier grain de riz. Et n’est-il pas temps de libérer les pères pendant si longtemps spoliés et humiliés ?
Qui peut croire le Chef de l’État en mesure de sillonner le pays pour restaurer la dignité des uns et des autres ? Le gouvernement, qui doit toujours mieux faire, a tenu son engagement : aider les populations les plus vulnérables. Donc il appartient maintenant à celle-ci d’exiger des pouvoirs et acteurs locaux ce qui leur revient de droit.
Au lieu de songer aux retombées d’un pétrole qui n’a pas encore coulé, qu’elles réclament ce riz présent et qui leur est destiné. Le temps étant venu de faire comprendre aux pouvoirs et acteurs locaux qu’ils ne peuvent plus les spolier. Autrement, les mêmes les priveront des futures dividendes du pétrole et de toute autre ressources naturelle.
D’aucuns diront que les destinataires de mon appel ne le liront pas parce qu’absents des réseaux sociaux. Qu’ils se détrompent, nombre d’entre eux sont connectés, mais une majeur partie hélas captivée par des questions mineures ou sur lesquelles ils n’ont aucune prise. En revanche, concernant le riz, qui arrive dans leurs terroirs, dont les distributeurs sont parfaitement identifiés, ils ont le pouvoir d’agir.
Et ceux-là qui appréhendent parfaitement les enjeux présents et futurs, bien mieux que de crier au scandale, ils pourraient aider les ayants-droit à faire valoir leur dignité, jusqu’à recevoir leur dû. Quelque esprit retors pourrait y voir une tentative de diversion. Ce n’est pas le cas, c’est la crise qui impose le pragmatisme. Ainsi qu’elle est avide de propositions. Les questions institutionnelles, si tant est qu’il y en ait, devant être débattues à l’heure du bilan.
Chaque citoyen doit savoir qu’il mérite ce que l’État lui donne, dès lors qu’il n’y a ni favoritisme ni clientélisme. Le dire à voix haute, refuser la soumission, exprimer la nécessité d’exister face aux pouvoirs et acteurs locaux qui ont coutume de spolier n’est pas un acte d’orgueil, mais de dignité. Celle-ci n’étant pas une notion abstraite qui descendrait du ciel, mais une réalité humaine. Il faut donc cesser de justifier l’injustifiable par quelque volonté divine et refuser d’être le sujet du malheur, pour créer sa vie avec son propre courage. Alors que les véritables ayants-droit de l’aide alimentaire d’urgence exigent sans réserve leur dû. Cela s’appelle la dignité et nous devons profiter de la crise du covid19 pour la restaurer dans notre pays.
Avec un vœu de prompt rétablissement à tous nos malades.
Damel Maïssa FALL
Président de Sunu Naatangé Réew – Rassemblement pour la DIGNITÉ et la Prospérité