Coronavirus. L’Afrique du Sud teste un vaccin sur 2000 personnes

Depuis le 24 juin, des habitants de la région de Johannesburg et de Pretoria participent à un programme d’évaluation des effets secondaires d’un vaccin expérimental. Une première sur le continent africain.

Je le fais seulement pour aider les autres, pas pour une autre raison , explique Junior Mhlongo, 24 ans, le premier Sud-Africain à recevoir le vaccin ChadOx1 nCov-19 contre le coronavirus, dans une petite clinique de Soweto, le township où a vécu Nelson Mandela, au sud de Johannesburg. C’est la première fois qu’un vaccin est testé sur le continent africain, dans le cadre d’une collaboration avec l’université d’Oxford qui l’a développé.

Le test en cours ne vise pas encore à évaluer l’efficacité du ChadOx1 nCov-19 contre la maladie.  L’objectif, pour l’instant, est de nous assurer que le vaccin n’est pas dangereux pour les patients et de mesurer la réponse du système immunitaire , explique Lee Fairlie, médecin qui supervise l’essai clinique qui va durer un an.

Vous nous prévenez s’il y a des effets secondaires , répète une infirmière. La dose injectée devrait permettre à Junior, père de deux enfants, de développer des anticorps et de ne pas tomber malade s’il est, un jour, en contact avec le virus. Au total, 2 000 Sud-Africains vont participer à l’essai clinique et quelque 40 000 autres personnes dans le monde (Grande-Bretagne depuis avril, États-Unis et Brésil).

L’épidémie de coronavirus explose en Afrique du Sud, le pays le plus touché du continent avec quelque 132 000 infections et 2 413 morts samedi 27 juin. Alors que le pic n’est attendu qu’en août, c’est donc un bon terrain de recherche.  Le but d’un vaccin est de protéger les personnes à risque et diminuer la contagion , explique le virologue Shabir Madhi de l’université Wits à Johannesburg, qui dirige l’essai en Afrique du Sud :  Si 60 à 70 % de la population sont immunisés, l’épidémie s’éteindra d’elle-même .

Polémique

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le continent noir ne devait pas servir de terrain d’expérimentation, après la polémique suscitée en avril par une intervention sur la chaîne française LCI de Jean-Paul Mira de l’hôpital Cochin à Paris, qui avait suggéré d’essayer les futurs vaccins contre le Covid sur des Africains.

Les pays riches cherchent à réserver les vaccins à leur population  , constate la spécialiste sud-africaine du sida, Helen Rees, très active dans l’Alliance globale pour les vaccins et l’immunisation (Gavi) en faveur des pays en développement. Nous devons participer aux tests pour avoir accès aux futurs vaccins.

AstraZeneca, qui produira le vaccin de l’équipe d’Oxford en cas de succès, a annoncé qu’elle vendrait les premiers 30 millions de doses aux patients anglais, le gouvernement de Londres ayant investi 79 millions de dollars dans le projet. Selon Le Monde, la firme britannique a aussi pré-vendu 800 millions de doses à quatre pays européens, dont la France, et aux États-Unis. Gavi a aussi acheté 300 millions de doses à un prix au rabais. En participant à l’essai, l’Afrique du Sud veut s’assurer d’être approvisionnée.