Côte d’Ivoire…Un cimetière dévasté par la mer, cercueils et squelettes en vue

Le phénomène prend des proportions inquiétantes dans le village. Les populations sont menacées de disparaître sous les eaux.

Si le bruit des vagues avait pour habitude de bercer les habitants de Lahou-Kpanda, il ne rassure plus aujourd’hui à cause de l’avancée de l’érosion côtière, et surtout la peur de se voir engloutir sous l’eau. On ne dort plus que d’un œil dans ce village situé dans le département de Grand-Lahou (sud du pays bordé par la mer). Déjà, la partie la plus ancienne du village a disparu. Le cimetière qui subit de temps en temps la furie des vagues est en train de disparaître également. Des tombes cassées ou éventrées et les contenus constitués de pagnes de valeur (kita, serviettes, vêtements, etc.) sont exposés sur le sol. Certaines, déterrées carrément, et des blocs de béton « nagent » dans la mer. D’autres encore résistent avec les épitaphes, ce qui dénote la violence des chocs.
Parmi celles-ci, les restes des sépultures du premier chef du village de Lahou-Kpanda, Abadi Boga André (décédé en mars 2010) et tout près, les vestiges de celles des parents de l’influent premier maire de la ville, feu Me Arsène Usher Assouan, ex-ministre des Affaires étrangères de la République de Côte d’Ivoire (sous le Président Félix Houphouët-Boigny), qui fut par ailleurs maire de la commune Cocody. Une profanation naturelle qui donne la chair de poule.


Dans cet environnement, certaines personnes ont eu l’effroyable surprise de se retrouver de façon malencontreuse sur des squelettes, après un passage violent des vagues, selon le secrétaire de la chefferie, Wadja Tano Mathias, l’air grave. Le spectacle est plus que désolant ce 29 janvier, où comme pour renforcer la tristesse, un seau en plastique flotte désespérément sur l’eau. A l’abandon, ce cimetière ne reçoit plus de nouvelles inhumations, poursuit notre interlocuteur, en soulignant qu’en prévision des effets de l’érosion, certaines personnes ont entrepris d’ouvrir les sépultures de leurs parents. Pour y extraire les restes qu’ils inhument à nouveau dans les cimetières de Nzida et Grand-Lahou.
Cette opération qui aurait pu être saluée se fait malheureusement sans respect d’aucune règle, aussi bien administrative, sanitaire que juridique. En effet, à mains nues et sans les pompes funèbres, les parents procèdent nuitamment à l’exhumation, en catimini. Ceux qui ne disposent pas de moyens financiers conséquents attendent, impuissants, que les tombes de leurs parents soient emportées par l’eau.