Covid-19…Les urgences de l’Etat pour assurer le confinement total

Aide aux nécessiteux dans la guerre contre le coronavirus : L’Etat ne doit pas se contenter à la seule distribution de vivres alimentaires

C’est le ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale Mansour Faye qui vient de faire l’annonce. Mansour Faye annonce, dans les prochains jours, la mise en place d’un « important programme » de distribution alimentaire en faveur d’un million de ménages. Ce sont donc huit (8) millions de Sénégalais qui vont être atteints par cette initiative de l’Etat visant à soulager les ménages démunis. Une initiative louable de la part de l’Etat visant à soulager une partie des couches de la population fortement touchées par les mesures restrictives annoncées par le Président de la République Macky Sall, visant à limiter les populations dans un contexte de guerre contre le coronavirus.

L’initiative est louable, mais le peuple sénégalais attend plus de la part de l’Etat. Dans le cadre de la guerre contre le coronavirus, le Président de la République a décidé de mettre en place, un fonds de 1000 milliards de FCFA dont les 50 milliards vont être affectés pour venir aider les couches démunies de la population à ne pas trop subir les conséquences. Peut-être qu’il faudra revoir à la hausse cette enveloppe de 50 milliards de FCFA.

Une chose est sûre. L’Etat du Sénégal ne doit pas seulement se limiter à la distribution de vivres alimentaires aux ménages démunis. Plus globalement, l’Etat doit venir en aide durant un bimestre au moins aux populations en prenant en charge leurs factures d’eau et d’électricité. Et durant ce bimestre, pourquoi pas, les aider à payer de moitié leurs loyers. Il n’y a que de cette manière que l’effort de guerre contre le coronavirus pourra être partagé par l’Etat, les entreprises et les populations. Venir en aide aux couches défavorisées de la nation à ce moment crucial où c’est l’existence de toute une national qui est menacée, c’est aider à mieux faire face à un ennemi dangereux comme le coronavirus.

La rédaction de Xibaaru