Ultimate magazine theme for WordPress.

Covid-19…L’Europe et Les USA généralisent le masque grand public

0

Dans la gestion de la pandémie du Covid-19, c’est un changement de doctrine et un tournant. Le masque, paravent sanitaire en Asie, était devenu, en Europe où la pénurie fait rage, le symbole de l’incapacité des États à anticiper l’émergence d’une maladie contagieuse et à protéger les soignants. Le voici élevé au rang de bouclier pour tous, certes artisanal et imparfait, mais propre à rassurer des populations inquiètes et à offrir un horizon politique pour le déconfinement. Vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui, sur la foi d’études scientifiques, a longtemps répété que son port devait être réservé aux personnels de santé et aux malades, a ouvert la voie à un usage accru par le grand public afin de limiter la propagation du coronavirus.

Aux États-Unis, même Donald Trump se convertit à la couverture du visage… à l’exception du sien. Même évolution en Allemagne, où l’établissement de référence en santé publique encourage les citoyens à arborer des modèles faits maison. En Lombardie, région la plus touchée d’Italie, il sera obligatoire dès aujourd’hui dans la rue.

Le changement de pied du directeur général de la santé

Dans l’Hexagone aussi, alors que les tutoriels de modèles – conçus par des experts ou par de simples particuliers – fleurissent sur Internet, le discours officiel change. « Nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter ces masques alternatifs », a déclaré vendredi Jérôme Salomon avant de nuancer ses propos samedi. Des paroles qui ont surpris dans la bouche du directeur général de la santé, longtemps réfractaire à cette option. « Les médias surinterprètent cette phrase, nuance-t‑on au ministère de la Santé. Ça fait deux semaines qu’on parle des masques alternatifs pour les personnes qui continuent à travailler. On réserve toujours les masques chirurgicaux et FFP2 aux professions de santé. »

En réalité, cette volte-face qui ne veut pas (encore) dire son nom se prépare depuis plus d’une semaine. Surtout depuis la visite, mardi, d’Emmanuel Macron chez un fabricant de masques chirurgicaux du Maine-et-Loire. « À la fois pour le respect des règles de sécurité et pour l’aspect psychologique, en vue de la sortie de confinement, l’idée commence à s’installer d’une diffusion plus massive et généralisée, décode un proche du chef de l’État. Il est en train d’ajuster la doctrine. » Avec un coût politique pour l’exécutif : « Un changement commence à être acté, poursuit-il. Maintenant, on admet qu’il faut un peu évoluer, avec une difficulté, une petite fragilité concernant ce qu’on a expliqué au début… »

laissez un commentaire