Ultimate magazine theme for WordPress.

Tuée par son compagnon qui l’accuse de lui avoir transmis le Coronavirus

Lorena Quaranta, étudiante en médecine, sauvagement tuée par son compagnon pour une fausse contagion au coronavirus
0

Le médecin italien Lorena Quaranta a été étranglé et tué par son petit ami après l’avoir accusée de l’infecter avec Coronavirus (les deux ont été testés et négatifs). Le machisme et la violence à l’égard des femmes ne s’arrêtent pas, même pendant une pandémie.

Ce féminicide a choqué l’Italie. Un infirmier de 28 ans, Antonio De Pace, a été arrêté pour le meurtre sa petite amie à leur domicile en Sicile. Après avoir tenté de se suicider en se tailladant les veines, le suspect avait appelé les secours. Une fois interpellé, ce dernier a expliqué aux forces de polices qu’il avait étranglé sa partenaire parce qu’elle lui avait « transmis le coronavirus« .

Le mobile avancé n’a pas convaincu les policiers, qui ont réalisé dans la foulée des tests sur le corps de la jeune femme et celui d’Antonio de Pace pour savoir s’ils étaient bien atteints du Covid-19. Les deux tests se sont révélés négatifs.

Lorena Quaranta, femme médecin en lutte contre le coronavirus

La victime, Lorena Quaranta, était étudiante en médecine comme son compagnon. Elle travaillait dans les hôpitaux italiens depuis le début de la crise sanitaire et illustrait son quotidien sur les réseaux sociaux, avec des photos. Quelques jours avant le drame, la jeune femme avait posté un message dans lequel elle s’indignait de la mort de nombreux soignants dans le monde : « Maintenant plus que jamais, nous devons nous montrer responsable et afficher notre amour pour la vie (…) Vous devez réfléchir et vous souvenir de ceux qui dédient leur vie à prendre soin des malades. Restons à la maison. Évitons que la prochaine personne qui tombe malade soit l’un de nos poches ou nous-mêmes .

La nouvelle a bouleversé la ville de Furci Siculo où le crime a eu lieu. « Nous sommes choqués, notre communauté a toujours été à la pointe de la lutte contre les violences de genre« , a exprimé le maire.

Au Sénat italien, la présidente de la commission Féminicide, Valeria Valente, a dénoncé « un énième féminicide survenu dans un foyer, où la crise du coronavirus nous impose de rester ».

laissez un commentaire