Ultimate magazine theme for WordPress.

Diaraf Sow accuse les syndicats truffés de politiciens encagoulés

Diaraf Sow du Parti ADAE/J
0

« L’Etat ne doit plus accepter que des politiciens encagoulés derrière des syndicats perturbent illégalement le fonctionnement du service public » selon Diaraf Sow.

Nous connaissons très bien les noms de ces politiciens peu courageux, membres de bureaux politiques de partis de l’opposition dont les noms seront divulgués si nécessaires, dirigeants de Mouvements syndicaux et qui veulent utiliser en toute illégalité lesdites structures pour poursuivre leurs œuvres de nuisance contre le Président de la république et son Gouvernement.
Conformément à leurs prétentions malhonnêtes et hypocrites qui veulent que la place d’un Professeur soit dans les amphithéâtres et non la prison pour exiger la libération d’un délinquant même si c’est un professeur à l’université ; la place d’un député ne peut-elle pas être aussi à l’Assemblée Nationale motif pour exiger la libération de Bougazali, la place d’un policier à la police..
Donc demander la libération de Dr Diop, pour ces motifs fallacieux et sans  fondement, c’est aussi demander la libération de l’honorable député Seydina Fall Bougazell, c’est également demander la libération des deux policiers emprisonnés depuis 2012…
Ce raisonnement catastrophe et hypocrite est indigne d’un intellectuel.
Si un opposant encagoulé veut défier l’autorité, il doit en avoir le courage et non se cacher derrière son syndicat pour paralyser le fonctionnement du pays, ce qui a toujours été leur vœu; un vœu jamais réussi.
Selon la loi de 1946 qui reconnut le droit de grève, les revendications d’un mouvement syndical doivent être purement professionnelles ( Conditions de travail, augmentation des salaires, de primes, d’indemnités…)
Ni les questions politiques ni les questions administratives ou judiciaires ne peuvent justifier la grève de fonctionnaires de l ‘administration. L’objet d’un syndicat n’est pas et ne peut pas être d’empêcher le fonctionnement du pouvoir judiciaire.
Par conséquent, nous demandons au Président de la République de siffler la fin de la récréation.
Me Diaraf SOW Sg ADAE/J

laissez un commentaire