Dominique Strauss-Kahn plus riche que jamais

Le pactole empoché par Dominique Strauss-Kahn fait miroiter même les patrons du CAC40

Désormais à la tête de Parnasse International, l’ancien directeur du FMI , Dominique Strauss-Kahn ne compte pas revenir en politique.

« À l’évidence, Dominique Strauss-Kahn n’a jamais gagné autant d’argent de sa vie. » La confidence est signée par un proche de l’ancien ministre socialiste dans les colonnes de L’Obs. L’hebdomadaire s’est penché sur les activités de DSK, qui est à la tête de Parnasse International depuis 2012. Ce cabinet de conseil a empoché 21 millions d’euros de bénéfices entre 2013 et 2018 selon les informations de L’Obs et n’aurait pas payé d’impôt sur cette somme jusqu’à 2018. L’ancien patron du FMI a en effet choisi d’installer sa société dans la zone franche de Casablanca (Maroc), où les sociétés ne payent pas de taxes les cinq années qui suivent leur installation.

De quoi permettre à DSK, seul employé et unique actionnaire, de se verser de confortables dividendes. Avec 5,3 millions d’euros de revenus en 2018, il gagnait plus que de nombreux patrons du CAC 40… Depuis 2014, l’ancien ministre a joué les apporteurs d’affaires pour des organismes privés et a dispensé ses conseils à des dirigeants étrangers, notamment sur le continent africain, au Togo, au Mali, au Niger ou encore en République démocratique du Congo. « Je ne suis peut-être pas le meilleur économiste, ni le meilleur politique. Mais dans l’interstice entre les deux, je ne suis pas le plus mauvais », assure-t-il à ses proches.

Pas de retour en politique de prévu

Il a aussi prospecté pendant au moins deux ans pour le groupe suisse Sicpa, leader mondial des encres de sécurité, ce qui lui a assuré 80.000 euros de revenus par mois. De quoi lui faire oublier le fait qu’il n’a pas été recruté par la banque d’affaires Lazard en 2011, en raison de sa réputation, ou que la BNP, sa propre banque de dépôt, a stoppé toute relation avec lui. Sa société Leyne Strauss-Kahn & Partners, montée avec l’homme d’affaires israélien Thierry Leyne en 2013, a aussi été un échec, avec 100 millions d’euros de dettes et 150 clients qui ont perdu de l’argent.

Leyne s’est suicidé en octobre 2014 et une enquête a été ouverte et confiée à trois juges d’instruction sur cette faillite. DSK est toujours poursuivi pour complicité d’escroquerie en bande organisée dans cette affaire, pour laquelle certains investisseurs lésés n’auraient pas porté plainte. Alors qu’il aurait vu au moins deux fois Emmanuel Macron selon l’ancien secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen (durant la campagne présidentielle et il y a environ un an), Dominique Strauss-Kahn ne compte pour autant revenir en politique. Car, selon Jean-Marie Le Guen, « il a conscience que les électeurs lui reprocheront pendant longtemps d’avoir trahi la confiance qu’ils avaient placée en lui ».