ECO : quand Macron et les dirigeants africains clonent le jumeau du CFA

« La raison de la création du CFA était la faiblesse du franc français immédiatement après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la France a ratifié l’accord de Bretton Woods en décembre 1945, le franc français a été dévalué afin de fixer un taux de change fixe avec le dollar américain. De nouvelles monnaies ont été créées dans les colonies françaises pour leur éviter la forte dévaluation, facilitant ainsi les importations en provenance de France ».

Pendant que certains pensent que l’annonce de l’Eco est une bonne chose, je pense que nous sommes en train de vivre l’arnaque du siècle. Certains dirigeants africains en complicité avec la France ont décidé de nous imposer une nouvelle monnaie qui ne reflète toujours pas la réalité de nos économies. Une monnaie introduite pour calmer les sentiments anti-Français et qui sera vouée à l’échec pour nous ramener le Franc CFA d’ici quelques années. Une monnaie n’est pas un jeu et l’émotion ne doit point l’emporter sur la raison. Nous ne sommes pas prêts pour l’Eco de la France et de certains dirigeants Africains. Nous pouvons et devons sortir du franc CFA, cependant cela devrait se faire en créant une monnaie dont nous choisirons un nom qui refléterait nos réalités et un taux de change adequat à nos économies.

Des pays différents par la taille de leur économie et leur structure vont encore adopter ensemble une monnaie unique, l’Eco. Depuis les années 2000, les pays de l’Afrique de l’Ouest expriment leur désir de créer une monnaie unique, un désir reporté en 2003, 2005 et 2009 à cause du manque de préparation des pays membre et de convergence économique. Il y a plusieurs critères à respecter pour démontrer que nous sommes prêts pour une monnaie unique qui sera différente du Franc CFA. On peut noter le ratio du déficit budgétaire dons compris, le taux d’inflation en moyenne annuelle, le financement du déficit budgétaire par la Banque centrale et les réserves brutes. Nous devrons analyser pour mieux comprendre si les pays de la zone sont prêts pour une nouvelle monnaie unique ou si les dirigeants ont cédé face aux émotions. Une politique monétaire ne doit pas être basée sur des émotions, mais plutôt sur des agrégats économiques permettant de mesurer la faisabilité et surtout la reussite. Il ne s’agit pas juste de pouvoir dire que nous avons notre propre monnaie, si elle ne nous aidera pas à nous developper.

Comme dans chaque zone voulant créer une monnaie unique, il faut un pays de référence et dans notre cas ce pays est le Nigeria à cause de son poids en termes de PIB et de ses échanges dans la région. Étant donné que l’économie du Nigeria est trop dépendante des exportations pétrolières et un manque de discipline fiscal, le calcul des corrélations se fait par rapport à la zone Euro à cause du nombre de pays utilisant le Franc CFA et le rattachement de la nouvelle monnaie, Eco à l’euro. Il y a aussi les échanges régionaux qui sont un autre facteur déterminant, car des pays qui échangent plus peuvent partager une monnaie unique à cause des faibles coûts de transactions. Plus les échanges sont élevés, plus il y a des chances de réussite d’une union monétaire. Kenen disait que des économies diversifiées peuvent se passer de l’instrument du taux de change et former une zone monétaire optimale. Il ajoute en disant que plus le tissu est diversifié, moindre est le risque d’être affecté par un choc spécifique. Le solde budgétaire est un autre critère de convergence économique, pour le mesurer, il faut calculer le ratio annuel du déficit budgétaire hors dons sur le PIB. Il y a aussi les critères secondaires qui ne sont pas à négliger dans la formation d’une zone monétaire.

Les dirigeants africains ont toujours voulu une monnaie unique et ils ont aussi toujours su que nous n’étions pas prêts, ce qui explique les trois reports; les résultats macroéconomiques étaient toujours une condition préalable nécessaire pour la création de cette monnaie unique. Une homogénéisation des économies des pays membre est essentielle dans la création de cette monnaie unique, et cela, dépend fortement du respect des critères de convergence économique.

Selon le dernier rapport sur les critères de convergence économique, on nous dit que les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes en raison des chocs internes et externes. Selon ce même rapport, les résultats des pays membre se sont largement dégradés comparativement à l’année précédente. Seuls trois pays ont respecté la norme maximale de 3 % de déficit en pourcentage nominal contre six pays l’année précédente. Huit pays membre ont enregistré une aggravation du déficit par rapport à l’année précédente. Quant au financement du déficit budgétaire par la banque centrale, on voit que deux pays ont fait recours à la banque centrale pour financer leur déficit budgétaire. Trois pays n’ont pas pu démontrer des réserves brutes pouvant couvrir trois mois d’importations et la Guinée ne couvrait que 1,4 mois. En ce qui concerne l’endettement, tous les pays se sont plus endettés par rapport à l’année précédente et quatre pays ont enregistré un endettement supérieur à la norme de 70 %. Un seul pays a respecté tous les critères de premier rang et second rang. Un seul pays.

Nous ne sommes pas prêts pour cette monnaie, les chefs d’Etats africains en complicité avec la France ont voulu calmer les sentiments anti-Français et se sont empressés de mettre en place une monnaie unique, l’Eco. Pourquoi cette création de monnaie unique a été repoussé à trois reprises à cause des critères de convergence économique et que tout à coup nous soyons prêts sur aucune base objective. Le président ivoirien, n’avait-il pas annoncé que l’Eco allait avoir un régime flexible et de retour de Paris, il est revenu nous dire qu’il n’y aura pas de changement de parité entre l’Eco et l’Euro. Pourquoi ce changement? Si le taux de change ne change pas, on n’envoie pas de signal fort qu’on veuille changer notre politique monétaire.

Avoir sa propre monnaie donne beaucoup de pouvoir à un Etat, mais si ce pouvoir est mal utilisé, cela peut mener à des désastres. Par exemple, après la Première Guerre mondiale, l’Allemagne était tenue de payer des dommages de guerre et pour le faire, elle avait imprimé beaucoup de deutsche Mark créant ainsi une inflation sans précédent. C’est la raison pour laquelle les Allemands sont stricts. Nos dirigeants Africains, sont-ils assez responsables pour ne pas tomber dans ce piège ? A quoi sert une nouvelle monnaie si rien ne va changer ?

Mohamed Dia