« En Afrique la démocratie a perdu tout son potentiel révolutionnaire » (Nicolas Bassene)

Nicolas Silandibithe BASSENE, auteur du texte

LES POLITICIENS AFRICAINS VOIENT LE PEUPLE COMME « UN VULGAIRE TROUPEAU DEPOURVU DE CORNES »

L’Afrique a placé de grands espoirs dans les indépendances. Ces espoirs ont vite déçu, malheureusement. La démocratie, également, connait le même sort. Des situations de violences se succèdent et accompagnent les processus électoraux dans plusieurs pays du continent occasionnant une kyrielle de morts. Des violences dont le seul but est soit la confiscation du pouvoir soit sa conquête. A cet effet, nos politiciens africains vampirisent leur peuple qu’ils considèrent comme un vulgaire troupeau dépourvu de cornes.

En Afrique la démocratie a perdu tout son potentiel révolutionnaire. Instrumentalisée, elle n’est plus qu’une idéologie permettant la conservation des positions dominantes en faveur des politiciens qui dictent et impriment sa marche. La démocratie en Afrique est vidée de son contenu pratique qui renvoie au respect de la légalité, de la morale et surtout de la souveraineté du peuple. Ainsi, la démocratie africaine est marquée par une dénaturalisation en faveur du « pouvoir d’un clan, par un clan, imposé au peuple » qu’il soit du pouvoir ou qu’il soit de l’opposition.

Pour saisir les enjeux de cette falsification de la démocratie en Afrique, nous avançons que celle-ci privilégie la forme sur le contenu, bafoue la souveraineté du peuple et redoute l’altérité et le pouvoir de l’opinion.

En cela, notre démocratie est apparentée à une jungle où vivent de grandes fauves assoiffées de pouvoir et parrainées par l’extérieur. C’est pourquoi, règnent instabilité, insécurité et indifférence avant ; pendant et après des joutes électorales. Les africains sont tués, blessés, emprisonnés leur dignité piétinée, humiliés au su et au vu de tous.  Des ignominies se commettent, des atrocités s’accélèrent rien ne s’y prend pour stopper la déferlante meurtrière et assassine. Combien pouvons-nous comprendre au nom du peuple par le peuple et pour le peuple de tels agissements cadavériques se commettent sans regret ?

Les cas sont multiples et le cancer à gagner toutes les parties du continent. De la Galite (Tunisie) au Cap des Aiguilles (Afrique du Sud), de Santo Antâo (Cap-Vert) à Rodrigues (Maurice) que des conflits liés aux élections que des personnes agitent pour leurs propres intérêts : le pouvoir.

Pour être concret dans notre rhétorique, nous citons ces cas d’école ci :

  • Les affrontements violents est celui que connaît le Gabon (Bongo vs Ping)
  • Des violences éclatées au lendemain de la proclamation des résultats de la Présidentielle au Tchad (Debis vs Kebzabo)
  • La contestation, les violences post-électorale avec l’attaque début avril, dans le sud de Brazzaville au Congo (Denis Sassou-Nguesso vs Pasteur Ntumi, ancien chef rebelle)
  • Les mouvements de contestation ponctué de violences en Ouganda (Yoweri Museveni vs Kizza Besigye)
  • Des élections municipales accompagnées d’une vaque de violences dans plusieurs localités au Burkina Fasso
  • Au lendemain de l’annonce des résultats des Législatives tenues des émeutes ont éclaté (Boni Yayi vs Candide Azannaï)
  • Au Burundi les contestations et les violences ont démarré bien avant la tenue effective du scrutin et se sont poursuivies après.
  • Au Sénégal à la présidentielle de 2012, vive contestation de la candidature de trop de Wade.
  • En Guinée,
  • En Côte d’Ivoire, le pays a connu une grave crise née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître les résultats de la Présidentielle de fin 2010
  • République démocratique du Congo, fin 2011, les élections présidentielle et législative, Togo ; après la victoire de Faure Gnassingbé à la présidentielle de mars 2010 son principal challenger Jean-Pierre Fabre…. (Liste n’est pas exhaustive)

Au demeurant, toutes ces contestations, violences et manifestations entrainant la perte en vie humaine et en matérielles sont l’œuvre d’une poignée d’individus qui tiennent l’Afrique en otage et la démocratie africaine en ballotage pour sa manifestation.

En somme, la démocratie africaine ne traite pas le citoyen en tant qu’être conscient et raisonnable, non plus comme un simple individu mais comme une personne qui ne serait plus traitée seulement comme un moyen mais toujours en même temps comme une fin.

Les politiciens africains n’en font qu’à leur tête comme l’attestent d’ailleurs aisément les institutions régionales. C’est une affaire de clan, d’appartenance. Le peuple est évalué comme une fin ce qui efface la dignité de la personne humaine-citoyenne.

Sur le terrain politique, le respect à la personne humaine construite formellement entraîne matériellement le respect des actes qu’elle pose, notamment l’acte électif.

Si nous concevons ensemble que la démocratie c’est l’affaire du peuple, c’est-à-dire avec la conviction que la légitimité du pouvoir politique doit être fondée exclusivement sur la volonté populaire alors la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics.

Su ce, cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. Le vote est donc le moment privilégié de l’expression populaire.

Respecter le peuple cesse dès lors d’être une simple profession de foi ; cela revient au contraire à imposer le respect de son expression, à lui garantir la liberté qui puisse donner un sens à son engagement responsable consistant à mandater la gestion de la chose publique à un homme ou à un parti.

Cependant, nos politiciens pensent que les affaires de la Cité sont trop sérieuses pour être laissées à l’appréciation du peuple, vulgaire « troupeau dépourvu de cornes » et qu’ils ne sauraient accepter de donner le pouvoir au peuple, parce que celui-ci n’a pas la science, ou plus exactement parce qu’il n’en a pas la science. La science du pouvoir, le savoir-pouvoir, du moins dans la plénitude de son achèvement, est le monopole des politiciens, qui est véritablement la seule discipline à revendiquer légitimement la dignité de la science.

Nicolas Bassene