Et si le Sénégal ovationnait ses vaillants médecins…Par Mouhamadou Kebe

Les médecins libèrent et soulagent le Sénégal. Après avoir constaté l’engagement des patriotes et l’inspiration des journalistes, artistes et tous ceux qui ont participé à la transmission du message de sensibilisation, d’aides quelconques, il existe d’autres dont la détermination, la disponibilité et la compétence sont exceptionnelles.

Ceux qui nous ont fait sortir du doute, de la panique et de l’inquiétude. C’est eux qui non seulement ont fait la fierté du pays mais qui ont su sacrifier leurs vies pour les nôtres. Ils n’ont pas trop attendu pour faire de la devise de médecin une réalité : « Primum non nocere » qui signifie Premièrement, ne pas nuire. Vous avez fait preuve de compétence en ayant rétabli, préservé et promu la santé dans tous ses éléments. Vos longues nuits de sacrifices ne sont pas vaines jusque-là, vos sacrifices, vos efforts sont à saluer.

Les médecins héros qui ont apaisé une atroce souffrance et qui n’ont pas prolongé abusivement des agonies ont quasi réussi. N’est-il pas nécessaire de reconnaître votre victoire ? C’est avant même que la crise sanitaire mondiale ne se termine que nous allons chanter vos éloges. Vous méritez toutes nos félicitations et encouragements après avoir enregistré un nombre cas de guéris exceptionnels.

Ce nombre a dépassé le nombre de cas actifs. Une grande performance de votre part. A ce jour sur presque trois cents (300) cas, l’état de santé de Cent quatre vingt-trois (183) s’est amélioré ou guéris pour être plus précis. Sans oublier les deux (02) décès enregistrés dont l’ancien président de l’Olympique de Marseille (France) Pape Diouf et une dame cinquantenaire
Grâce à vous, le Sénégal fait mieux que n’importe quel autre pays en Afrique. Cette colossale réalisation vaut plus que des remerciements et de félicitations.

Comme l’icône de la médecine sénégalaise disait lors d’un entretien avec l’APS : « L’important est de ne pas trop s’alarmer, il n’y a rien d’extraordinaire par rapport à l’épidémiologie du coronavirus comparé à d’autres virus comme Ébola ou le SRAS. » Ces propos rassurants et objectifs du professeur Daouda Ndiaye ont donné un nouveau souffle aux désespérés ou pessimistes.

Le chef du département de Parasitologie de la faculté de Médecine et de Pharmacie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar donna tout simplement un coup de soulagement à ses compatriotes en prônant l’idée selon laquelle : la situation reste sous contrôle. N’allons-nous pas organiser une journée spéciale à votre honneur une fois avoir franchis cet obstacle sanitaire ? “Impossible n’est pas médecine sénégalaise.» Vous méritez les vivantes ovations de tout le pays”.

Mouhamadou Kebe

Etudiant à l’UGB