Face à Macky Sall…L’opposition en panne

A observer de très près le paysage politique, on peut dire que le Président de la République Macky Sall roule en route libre. Pour cause, il fait face à une opposition beaucoup plus pleureuse, et vraiment en manque d’inspiration, incapable d’ébranler son pouvoir.

De quelle opposition doit-on parler aujourd’hui au Sénégal ?

Certainement pas du parti Rewmi de Idrissa Seck, qui non seulement doit gérer en son sein ses propres contradictions, mais se trouve incapable d’apporter sa propre alternative face à la politique du régime en place. Incapable de proposer sa propre alternative face à la politique, voilà tout le mal de l’opposition au Sénégal. Elle a choisi pour masquer ses failles de verser beaucoup plus dans la stratégie de la démagogie.

Arrêtez de nous faire rire ! Car, à quoi assiste-t-on aujourd’hui ? Sauf qu’il y a l’inénarrable Ousmane Sonko qui se croit toujours investi du destin de jouer le rôle de grand donneur de leçons en matière de bonne gouvernance au Sénégal. Sauf qu’il a choisi le mauvais scénario pour jouer ce rôle. Quand on évoque des doutes sur les contrats pétroliers et gaziers signés par l’Etat du Sénégal, Ousmane Sonko veut tout de suite monter au créneau pour se signaler comme le plus grand pourfendeur du régime de Macky Sall. En est-il de l’affaire des 94 milliards de FCFA ou encore du contrat du fer de la Falémé entre l’Etat du Sénégal et une société turque.

Ousmane Sonko est maître dans l’art de proférer des accusations sans pour autant brandir la moindre preuve. Ironie du sort, dans tous ces scandales qu’il brandit, lui-même s’y trouve embourbé. Dans ce cas, quel crédit, le moindre lui accorder ? Supposé principal parti d’opposition au Sénégal, le Parti démocratique sénégalais (PDS) du fait de son fonctionnement autocratique, est aujourd’hui plongé dans une grave crise. Ce n’est pas demain la veille qu’il va ébranler le régime du Président Macky Sall, avec la rébellion engagée dans ses rangs par Oumar Sarr et compagnie. Avant de songer à autre chose, il faut d’abord songer à éteindre le feu dans sa propre case.

Le Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) se retrouve dans la même configuration que le PDS. Le PUR se retrouve en lambeaux à cause de son leader Moustapha Sy qui a décidé de démettre de ses fonctions de coordonnateur du parti, le Pr Issa Sall.  Qu’en est-il de Abdoul Mbaye avec son score insignifiant lors des dernières élections législatives, et qui ne cherche à se trouver une popularité qu’avec le supposé scandale sur le pétrole et le gaz ? Rien, sauf que lui et tant d’autres de ses pairs de l’opposition qui n’existent qu’à travers les médias, se transforment comme des chiens qui aboient sans mordre.

La rédaction de Xibaaru