Gestion Covid-19 : Les erreurs commises par Abdoulaye Diouf Sarr listées…

Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et de l'Action sociale

Lettre ouverte à Monsieur Abdoulaye Diouf Sarr, Ministre de la Santé et de l’Action Sociale

Monsieur  le Ministre, 

En ce début d’année 2021, je me permets de vous interpeller et vous demander des réponses à des questions que beaucoup de Sénégalais se posent.

Tout au long de 2020, j’ai suivi l’actualité de l’épidémie du  coronavirus aussi bien au niveau national qu’au niveau international. Je me pose énormément de questions qui nécessitent des réponses claires, nettes et précises et vous êtes la personne la mieux indiquée pour y répondre. 

C’est après avoir lu votre interview du 26 décembre 2020 accordée au journal « LE QUOTIDIEN » que j’ai décidé de vous adresser cette lettre  car  

« Ce n’est pas le rôle du gouvernement d’empêcher le citoyen de tomber dans l’erreur ; c’est le rôle du citoyen d’empêcher le gouvernement de tomber dans l’erreur »

(Robert Houghwout Jackson, Président du Tribunal de Nuremberg, 1945)

Monsieur le Ministre, vous avez commis beaucoup d’erreurs dans la gestion de cette crise sanitaire et je ne veux pas que vous répétiez ces mêmes erreurs en 2021. Et je vais vous dire comment.

Mais avant cela, j’aimerais citer quelques passages de cette interview où vous disiez ceci :

« Cette pandémie, du point de vue de la prévention, a un package de solutions : c’est le port systématique du masque, donc il faut confiner le virus au niveau de chaque individu… » 

 « Nous attendons le vaccin avec impatience, mais jusque-là  l’hydroxychloroquine et l’azitromycine sont utilisés pour traiter nos malades. On attend maintenant avec beaucoup d’espérance un remède plus sérieux… »

« Le candidat vaccin homologué, retenu pour être utilisé dans les pays de l’initiative Covax nous ne le savons pas effectivement parce que nous attendons une homologation de l’OMS dans le cadre de cette alliance pour dire : allons-y sur tel vaccin homologué… »

  1. Vous avez dit vouloir « confiner le virus au niveau de chaque individu » : 

Monsieur le Ministre, savez-vous ce qu’est un virus ? Savez-vous que nous sommes entourés de plusieurs milliards de virus ? Savez-vous que dans un corps humain, il y a plus de virus que de cellules ? Savez-vous que nous inhalons en moyenne 3 000 virus par seconde ?

Un virus est un  microorganisme dont la taille se mesure en nanomètres (un nanomètre est égal à un milliardième de mètre).

Un masque comporte des  « trous » où peuvent s’infiltrer des millions de virus.

Un masque laisse entrer et sortir des virus ; il ne protège ni le porteur ni son entourage.

Monsieur le Ministre, avez-vous à votre disposition des études scientifiques fiables prouvant  l’efficacité des masques contre la propagation du coronavirus ?  Si oui, publiez-les.

Non seulement, les masques ne peuvent pas servir de barrières contre les virus, mais ils sont dangereux pour la santé des individus. 

Un neurochirurgien Américain dit ceci : 

« en portant un masque, les virus exhalés ne pourront pas s’échapper et se concentreront dans les voies nasales, pénétreront dans les nerfs olfactifs et voyageront dans le cerveau… on sait que le masque N95, s’il est porté pendant des heures, peut réduire l’oxygénation du sang jusqu’à 20% , (…)Malheureusement, personne  ne dit aux personnes âgées fragiles et aux personnes souffrant de maladies pulmonaires, telles que la Maladie Pulmonaire Obstructive chronique, l’emphysème ou la fibrose pulmonaire, de ces dangers lorsqu’ils portent un masque facial de quelque sorte que ce soit, ce qui peut entraîner une grave détérioration de la fonction pulmonaire.(…) Il y a un autre danger à porter ces masques au quotidien, surtout s’ils sont portés pendant plusieurs heures. Lorsqu’une personne est infectée par un virus respiratoire, elle expulse une partie du virus à chaque respiration. Si elle porte un masque, en particulier un masque N95 ou un autre masque bien ajusté, elle réinsufflera constamment les virus, augmentant la concentration  du virus dans les poumons et les voies nasales… »

Un autre praticien dit ceci : 

 « Chaque expiration est chargée de millions de microbes et autres déchets.

Avec votre masque plaqué contre votre nez et votre bouche, celui-ci s’humidifie très rapidement et si on faisait une analyse fine de son contenu, vous seriez horrifié ! Mais ce n’est pas tout. A chaque inspiration, vous reprenez une partie de votre CO². Petit à petit, vous vous mettez en hypercapnie. Quand cela devient chronique, le corps se met à détester cela. En médecine chinoise, c’est une grande cause de blocage, de stagnation, générateur de maux de tête et de bien d’autres pathologies ».

« Savez-vous quelle est la première source de notre vitalité qui nous relie à cette terre, bien avant l’alimentation ? C’est la respiration. C’est l’oxygène de l’air, l’énergie de l’air qui à chaque inspiration va petit à petit booster vos défenses immunitaires. Or, déjà qu’en temps normal on ne respire pas assez, votre respiration est amputée de moitié avec votre masque. Pour faire court, vous êtes en train de perdre progressivement toutes vos facultés d’adaptation et votre organisme n’arrive plus à s’autoréguler.

 (…)Avez-vous remarqué que le relationnel d’un individu à un autre se fait par le sourire. Le sourire est une énergie très puissante, issu de notre cerveau reptilien pour les uns, de notre Cœur pour les autres. Ce sourire nous permet dans l’instantanéité d’établir un contact et de faire tomber les barrières. Les masques annihilent le sourire. Nous, en médecine chinoise, nous disons que le mental et les émotions, quand ils sont perturbés, sont la première cause d’apparition des maladies internes : le fait d’occulter ce facteur fondamental qu’est le sourire ne peut que vous rendre dépressif ».

Voici ce que dit l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS)  dans  un rapport intitulé « Conseils sur le port du masque dans le cadre de la COVID 19 » 

« À l’heure actuelle, on ne dispose pas encore de données factuelles directes de qualité attestant de l’efficacité du port généralisé du masque par les personnes en bonne santé dans la communauté et il faut procéder à un bilan des avantages et des inconvénients à cet égard… » ( page 7). 

 

« Dans le grand public, le port du masque par des personnes en bonne santé peut notamment présenter les désavantages suivants : 

  •  risque potentiellement accru d’auto contamination dû au fait de manipuler un masque facial puis de se toucher les yeux avec des mains contaminées ; 
  •  auto contamination possible si un masque non médical humide ou sale n’est pas remplacé, favorisant ainsi la prolifération de microorganismes ; 
  • mal de tête et/ou difficultés respiratoires possibles selon le type de masque utilisé ;
  • lésions cutanées faciales, dermite irritative ou aggravation de l’acné en cas de port fréquent et prolongé du masque ;
  • port du masque mal supporté, notamment par le jeune enfant ; 
  • désavantages et difficultés liés au port du masque éprouvés par les enfants, les personnes atteintes de troubles mentaux ou de déficiences développementales, les personnes âgées atteintes de déficiences cognitives, les asthmatiques ou les personnes souffrant d’affections respiratoires chroniques, les personnes ayant récemment subi un traumatisme facial ou une intervention chirurgicale orale ou maxillo-faciale, ainsi que celles qui vivent dans un environnement chaud et humide. 
  • … » (pages 9 et 10 du document)

Monsieur le Ministre, compte tenu de tout ce qui précède, vous voulez toujours « confiner le virus  au niveau de chaque individu» ?

À ce jour, il n’existe aucune étude scientifique fiable prouvant l’efficacité des masques contre la propagation du coronavirus.

Il n’existe  non plus aucune étude scientifique fiable prouvant l’efficacité de la distanciation physique  contre la propagation du coronavirus.

Monsieur le Ministre, il n y a aucune utilité  dans les gestes barrières que vous  avez imposés  aux Sénégalais depuis bientôt un an.

 Le port du masque est totalement contre-productif. 

Les masques sont inutiles et dangereux pour notre santé.

  • « jusque-là  l’hydroxychloroquine et l’azitromycine sont utilisés pour traiter nos malades. On attend maintenant avec beaucoup d’espérance un remède plus sérieux… » 

Monsieur le Ministre, vous ne trouvez pas « sérieux » le remède qui vous a permis de guérir plus de 90% de vos malades ?  Quel est donc ce « remède plus sérieux » que vous attendez? Est-ce le vaccin ? Ce vaccin dont vous attendez avec impatience l’homologation par l’OMS afin de pouvoir l’inoculer aux Sénégalais ?

Monsieur le Ministre, savez-vous que, depuis 1945, c’est la première fois  qu’un vaccin est développé à grande échelle sans être testé sur des animaux ?

Ce vaccin sera-t-il efficace contre un virus qui a déjà muté plusieurs fois et qui continue  de muter ?

Monsieur le Ministre, ce vaccin  aura-t-il un effet curatif ou préventif ? Pourra-t-il guérir 100% de vos malades ? Pourra-t-il empêcher les  malades de mourir ? Ou bien va-t-il « confiner le virus au niveau de chaque individu » ? Va-t-il nous débarrasser définitivement du coronavirus ?

J’attends des réponses. Le peuple sénégalais attend des réponses.

Monsieur le Ministre, quelle est l’urgence qui nécessite l’acquisition d’un vaccin ?

Monsieur le Ministre, pour une maladie qui n’a touché que 0 ,1% de la population sénégalaise, est-il vraiment nécessaire de recourir à un vaccin ?

Monsieur le Ministre, pour une maladie qui n’a tué que  0,002% de la population, est-il nécessaire de recourir à un vaccin ? (410 morts sur une année pour une population de 17 millions d’habitants).

Monsieur le Ministre,  dois-je vous rappeler que le Sénégal enregistre plus de 100 mille décès par an. Le nombre de décès lié au coronavirus représente moins de 0,5% des décès enregistrés au Sénégal.

Monsieur le Ministre, quel est l’âge moyen des personnes décédées du coronavirus ? Je vous rappelle que l’espérance de vie au Sénégal est de 65 ans.

Parmi ces 410 personnes décédées, combien sont mortes du coronavirus uniquement ? Autrement dit combien parmi ces morts n’avaient pas d’autres maladies ? 

Plus de 90% de ces personnes sont peut-être mortes avec le coronavirus mais pas du coronavirus. Si cette affirmation est fausse,  alors publiez les vrais chiffres.

Monsieur le Ministre, savez-vous qu’il est prouvé maintenant que les tests PCR ne sont pas fiables ?

Ces tests  produisent plus de faux positifs que de vrais positifs. N’importe qui ou n’importe quoi peut être testé positif au coronavirus. Même des fruits ont été testés positifs au coronavirus. D’ailleurs, M. Christian Drosten, le  développeur des tests PCR COVID19 est actuellement poursuivi  en justice en Allemagne.

En outre, vous avez fait croire aux Sénégalais que toute personne testée positive était malade. Non Monsieur le Ministre, c’est faux : être testé positif ne signifie pas être malade. Vous augmentez ainsi artificiellement le nombre de malades, ce qui  entretient  la peur au sein de la population.

  1. Monsieur le Ministre, depuis mars 2020, vous n’êtes plus Ministre de la Santé et de l’Action Sociale mais vous êtes devenu Ministre du coronavirus. On dirait qu’au Sénégal, il n y a que le coronavirus comme maladie ; toutes les autres maladies beaucoup plus  dangereuses et beaucoup plus mortelles ont été négligées. Quand est-ce que vous allez redevenir ministre de la santé et vous occupez réellement de la santé de la population ?

Savez-vous que l’obésité prend de plus en plus d’ampleur au Sénégal et qu’elle fait partie des facteurs de risques ? Quelles mesures de prévention avez-vous prises pour lutter contre cette pathologie qui touche de plus en plus de jeunes ? 

Monsieur le Ministre, combien y a-t-il de nouveaux cas de diabète chaque année ? Combien  y a-t-il de nouveaux cas de cancers chaque année ? 

Quelles mesures de prévention avez-vous prises pour lutter contre la propagation du diabète, des cancers, des maladies cardiovasculaires, de l’hypertension ? 

Combien de femmes meurent chaque année en donnant la vie ?

Combien d’enfants de moins de 5 ans meurent de malnutrition ou de maladies diarrhéiques ?

Monsieur le Ministre, ne pensez-vous pas que les priorités sont ailleurs ?

Monsieur le Ministre,  il est temps pour vous de corriger vos erreurs  car  vous faites fausse route.

Monsieur le Ministre, les tests PCR ne sont pas fiables.

Monsieur le Ministre, les masques ne nous protègent pas du coronavirus.

Monsieur le Ministre, les masques sont dangereux pour notre santé.

Monsieur le Ministre, refuser de porter le masque, c’est se protéger.

Monsieur le Ministre, refuser de porter le masque, c’est préserver sa santé.

Monsieur le Ministre, les masques sont plus dangereux que le coronavirus.

Monsieur le Ministre, obliger les gens à porter le masque, c’est les  tuer à petit feu.

Monsieur le Ministre, faire payer des amendes à ceux qui refusent de porter le masque est un abus de pouvoir, un abus d’autorité.

Nous avons toujours vécu avec les virus et nous continuerons de vivre avec les virus jusqu’à la fin des temps.

Ce dont les Sénégalais ont besoin c’est de prendre soin de leur santé en ayant une bonne hygiène de vie : manger sainement, dormir suffisamment, respirer correctement, pratiquer une activité physique,  faire une  cure de vitamine C, sourire, vivre dans la joie et la bonne humeur, etc.     Ils n’ont pas besoin d’être stressés avec des gestes barrières inutiles, des communiqués quotidiens sur le nombre de nouveaux cas positifs et  de décès.

« Il est prouvé que le stress psychologique est un facteur qui peut déprimer le système immunitaire de manière mesurable et induire des maladies, notamment : la dépression, les maladies cardiovasculaires et le cancer ».

Personne ne peut se prémunir contre la mort mais chacun a la responsabilité de prendre soin de sa santé.

Monsieur le Ministre, arrêtez de divertir le peuple, arrêtez cette mascarade. Nous ne sommes pas un troupeau de moutons. Nous sommes des êtres humains et nous méritons le respect.

  1. « Vivre, c’est apprendre à mourir » disait Platon.

Il n’existe aucun remède contre la  mort.

Même les gens en bonne santé meurent.

La mort ne dépend ni de l’âge ni de l’état de santé d’une personne. Elle arrive à son heure et personne ne peut y échapper, que l’on soit jeune, vieux, nourrisson, malade, bien-portant.  Donc il ne sert à rien de fuir la mort, elle frappe sans crier gare.

Apprenons à vivre avec  le coronavirus et préparons-nous à mourir de la plus belle des manières car où que nous soyons, qui que nous soyons, la mort frappera à notre porte.

Monsieur le Ministre, peu importe ce que vous avez fait jusque-là, ce qui compte c’est ce que vous allez faire maintenant.

Je vous souhaite d’avoir la sagesse et le courage de prendre les bonnes décisions pour le bien des Sénégalais.

En attendant de recevoir des réponses claires, nettes et précises à ces différentes questions, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma parfaite considération.

 

Collectif de citoyens éveillés

laissez un commentaire