Ibrahima Sène sur le…Débat sur l’annulation de la dette africaine !

Suite aux commentaires de  Kako Nubukpo sur le débat entre les deux Ministres des Finances du Sénégal et du Bénin,  je me demande les raisons pour lesquelles l’on continue de débattre de la dette extérieure de nos Etats, sans prendre en compte les critères de convergence issus du consensus de Washington qui bloquent à 3% le déficit budgétaire, l’endettement public à 70%, la masse salariale de la Fonction publique à 35% des Recettes fiscales, et l’érection des appréciations des Institutions de Notation,  en critères d’évaluation des risques pays pour leur accès au financement extérieur.

Comment ne pas comprendre, que sous l’effet de ces critères, les pays en développement sont soumis à des politiques d’austérité budgétaire qui bloquent leurs capacités de financer leurs besoins en infrastructures et en ressources humaines ; ce qui les enfonce dans un cercle vicieux de sous -développement, de pauvreté et de surendettement, avec ou sans souveraineté monétaire, comme en attestent les pays d’Afrique qui en ont.

C’est ainsi que le Nigéria avec sa souveraineté monétaire vit ce même cercle vicieux que le Sénégal ou la Côte d’Ivoire.

Ce sont ces véritables obstacles à notre souveraineté économique que le Président Macky Sall avait soulevés des Décembre 2019, lors du  » Forum de Dakar sur la Dette et le Développement Durable ».

C’est aussi lors de ce « Forum’’, qu’il dénonçait les Institutions de Notation dans leurs appréciations du risque élevé que constitueraient les pays d’Afrique, leur valant des taux d’intérêt exorbitant qui gonflent artificiellement la dette, la rendant ainsi illégitime.

C’est la pandémie qui lui a donné l’opportunité de demander publiquement, l’annulation de la dette extérieure publique africaine, finalement soutenue par tous ses pairs, y compris le Président du Bénin, et la suspension des critères de convergence de l’UEMOA, qui ouvre la porte à leur rejet définitif.

Donc, comment peut – on continuer à soutenir l’inopportunité de demander l’annulation de la dette extérieure africaine, sous prétexte qu’elle risque de se reconstituer dans des conditions plus difficiles, tout en ignorant la suspension des critères de convergence qui accompagne cette demande ?

Si ces critères ne sont pas suspendus, l’annulation de la dette va reproduire l’expérience désastreuse que nos pays ont connue avec l’annulation de la dette pour les PPTE, conditionnée par la mise en œuvre d’un  » Programme de Réduction de la Pauvreté » sous l’égide de la Banque mondiale.

C’est fort de cette expérience, que le Président Macky a décidé de prendre le taureau par les cornes, en demandant publiquement, l’annulation de la dette publique extérieure et la suspension des critères de convergence qui constituent des « chaînes qui nous empêchent de nous développer ».

Si ces demandes ne sont pas satisfaites, dès 2021, à la fin du moratoire accordé par nos bailleurs, le FMI et la Banque mondiale vont nous imposer des politiques d’austérité encore plus draconiennes, dans le cadre de la restructuration de notre dette extérieure en vue de son remboursement.

Est c’est cela que cherchent les détracteurs de l’annulation de la dette extérieure africaine ?

Il est clair que nos créanciers y sont hostiles, comme le FMI et la Banque mondiale le sont avec la suspension des critères de convergence, qui risque d’être définitive, ce qui leur enlève toute légitimité de nous imposer des politiques publiques.

Est- ce à leur service que se sont mobilisés tous ces intellectuels qui sapent, par leurs objections diverses et souvent contradictoires, le moral des populations pour les empêcher de se mobiliser derrière leurs Chefs d’Etat, dans leur combat pour restituer à nos Etats, toute leur souveraineté ?

Où sont ces intellectuels qui s’offusquaient des « diktats » du FMI et de la Banque mondiale ?

L’Afrique a besoin de rassembler toutes ses filles et de tous ses fils pour s’en sortir !

Ne ratons pas cette formidable opportunité que nous offre la pandémie !

Ibrahima SENE PIT/SENEGAL

Dakar le 5 mai 2020