Service de la DETTE : le regard d’un jeune africain

La dette est, par définition, au sens propre, de l’argent qu’une personne (débiteur) doit à une autre (créancier).

Généralement, une dette permet un investissement qui doit améliorer la production.

La dette publique est, dans le domaine des finances publiques, l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par un État, ses collectivités publiques et ses organismes qui en dépendent directement. Par exemple un État peut emprunter pour financer la construction de son développement. Ce faisant, il renforce les infrastructures telles que les routes et autoroutes  pour favoriser les échanges. Ceci est le cas de la plupart des pays africains pour ne pas dire tous.

En effet, ces États ont été victimes de deux fléaux qui ont jusqu’ici mis à l’épreuve leurs efforts de développement économique et social : la traite négrière et la colonisation. C’est pourquoi, malgré les nombreux efforts consentis par les différents gouvernements qui se sont succédé à la tête de ces États depuis les indépendances jusqu’à nos jours, ces derniers peinent à faire une croissance à deux chiffres. Cela s’explique principalement par le service de la dette qui demeure un véritable problème budgétaire pour les pays africains. Ces derniers utilisent une bonne partie de leur budget (principal instrument de politique économique) pour rembourser la dette extérieure.

Pour illustrer nos propos, prenons le cas du budget du Sénégal de 2019. Celui-ci était estimé à plus de 4000 milliards FCFA. Dans ce budget, adopté par le parlement le 08 décembre 2019, le premier poste de dépenses reste le service de la dette avec 863, 17 milliards FCFA. Ce qui constitue un peu moins de 25% du budget. Quant au taux de croissance, il est projeté à 6,8 % en 2019, selon le gouvernement. La dette est donc considérée comme la première dépense publique bien que le Sénégal soit encore en deçà  des normes de 70% définies par l’ UEMOA.

Au Burkina Faso, le service de la dette est chiffré à 473,06 milliards de FCFA. Le pays des hommes intègres devrait remplir, en 2019, le critère de convergence. La dette publique s’est accrue passant de 38,4 du PIB.

Au Rwanda, la dette publique et la dette à garantie publique sont passées de 50,3% du PIB, en 2019, bien que le risque de surendettement soit jugé faible.

On voit, donc, que chaque État élabore sa propre stratégie d’endettement pour répondre aux critères de soutenabilité de la dette.

Il faut dire que cette question se pose comme un véritable problème pour le développement de ces pays du continent africain. C’est un frein au développement. C’est ainsi qu’il faut , dès lors, de la témérité, pour poser le débat et trouver des solutions durables (annulation) tant il est vrai que la survie de l’économie africaine en dépend foncièrement. C’est l’occasion de saluer le courage du Président de la République du Sénégal, Macky Sall, qui a été en première ligne pour poser le débat sur l’annulation de la dette des pays africains, dans ce contexte de Covid19. Cette pandémie a sérieusement affectée les économies des pays africains qui croulent déjà sous le poids du service de la dette. Le Président, Macky Sall, a travers, son  leadership, a montré la voie à suivre pour mieux faire face aux défis actuels et futurs imposés par la pandémie. Son message est clair : l’Afrique ne saurait faire face au Covid19 par ses plans de résilience et continuer à utiliser ses ressources budgétaires pour payer la dette extérieure. Sa proposition est d’autant plus pertinente qu’elle permet à tous les États débiteurs de mieux respirer et faire des virements de crédits pour financer d’autres projets de développement.

Au regard de ce qui précède, force est de reconnaître qu’il fallait ce leadership courageux. Ce qui n’a pas manqué de susciter la réaction, dans ce sens, très attendue du Président français Emanuel Macron (membre du G20). Son discours est rassurant pour l’avenir  » Nous devons savoir aider nos voisins  d’ Afrique à lutter contre le virus plus efficacement, les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leurs dettes ».

Il faut dire ici que l’adverbe  » massivement  » doit attirer notre attention dans le discours du Président français qui ajoute  » Nous ne gagnerons jamais seuls ». Ce dernier comprend aisément le caractère universel de cette lutte contre le Covid19 et le financement urgent des projets de développement en Afrique.

En vérité, le message est clair. Il faut annuler la dette pour permettre aux pays africains de souffler et décoller.

Abdoul Aziz Konaté , Chargé de mission à la Présidence de la République.

azizkonate55@gmail.com