Ultimate magazine theme for WordPress.

Incidents à Ziguinchor : Sonko sort les griffes et égratigne la Police

0

Ousmane Sonko n’a pas porté de gant pour se prononcer, ce matin, sur l’attaque dont lui et ses militants ont été victimes hier à Ziguinchor, par des nervis présumés appartenir à Doudou Ka. Le leader de Pastef est très remonté contre la police nationale qui, selon lui, a été « complice » de l’attaque qui aurait pu virer au drame.

« Je déplore l’attitude de la police sénégalaise. Au Sénégal on n’a pas une police républicaine mais une police politique aux ordres de Macky Sall. Quand il y a eu l’incident, les responsables de l’Unacois ont appelé la police. Elle n’a déployé qu’un seul pick up avec deux policiers. Aucune intervention n’a été faite pour éviter le pire », déplore Ousmane Sonko.

Qui rembobine : « Je considère la police comme complice de ce qui s’est passé. Je n’indexe pas les policiers individuellement parce que je sais qu’il n’y a pas plus patriote qu’eux mais je parle à ceux qui leur donnent des ordres. La chaîne de commandement est politicienne, politisée. Je rappelle à cette police qu’elle n’est pas une Gestapo », dit-il.

Ousmane Sonko qui accuse la Police d’être partiellement responsable de la situation n’a pas manqué de déplorer ce qui s’est passé lundi. Selon lui, la Casamance n’a pas besoin de cela. Et ces personnes incriminées sont des nervis venant de Yeumbeul.

« L’auteur de ces agissements est un leader politique mineur ici je ne suis pas son alter ego. Mon adversaire c’est Macky Sall. Et s’il pense que je suis un escalier pour taper à l’œil de Macky Sall il se trompe. Son ambition c’est juste d’être maire de Ziguinchor, chose qu’il ne sera pas. Moi je vise le fauteuil présidentiel. Il passe tout son temps à dire que je suis son cousin, non je ne suis pas son cousin. Et s’il pense pouvoir s’attaquer à Sonko ou Pastef à Ziguinchor c’est de la bêtise humaine », avertit le leader de Pastef.

Et Ousmane Sonko estime que ce s’est passé ne serait jamais venu de Abdoulaye Baldé, « c’est un homme courtois », ni de Robert Sagna. « Ces attaques viennent toujours d’un homme qui ne représente rien en politique. Un homme qui s’est fait massacrer dans son propre bureau de vote lors de la présidentielle », déplore-t-il

Revenant sur ses partisans blessés, Ousmane Sonko a fait une révélation de taille. Selon le leader de Pastef, deux (2) millions sont dépensés chaque mois pour soigner des patriotes blessés. Suffisant pour dire à Sonko que « ce qui s’est passé ne se reproduira plus. » Ce parce qu’il n’est pas ce leader politique qui donne la joue droite si on le gifle sur la gauche.

Ousmane Sonko a clôturé son face à face avec la presse en lançant un appel aux imams, évêque, chefs coutumiers de la Casamance et les khalifes généraux à qui il demande d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard.

laissez un commentaire