Karim Wade par-ci, Khalifa Sall par-là…Les Sénégalais oubliés

Karim Wade par-ci, Khalifa Sall par-là : Et les réelles préoccupations des Sénégalais ?

Le temps de retrouvailles entre le Président de la République, Macky Sall et son prédécesseur à la tête de la nation, Me Abdoulaye Wade, suivi d’une grâce présidentielle au profit de l’ancien maire de la Ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, le Sénégal ne bruit que pour cela. Qui parle en ce moment des inondations suite aux pluies qui se sont abattues dernièrement au Sénégal, des révélations sur le scandale des contrats sur le pétrole et le gaz, de l’exploitation du zircon ou même encore du marché sur la gestion de l’eau dans les zones urbaines en passe d’être arraché des mains de la Sénégalaise des eaux (SDE) pour être confié à l’obscure groupe français Suez ?

Assurément, la politique est en train de prendre le dessus sur tous ses dossiers. Des dossiers qui semblent plus prioritaires, seulement relégués au second plan. Le Président de la République, Macky Sall le sait si bien que rien ne semble le dérouter. Il n’a qu’à lâcher des os, pour que tous les politiciens se ruent là-dessus, oubliant les besoins les plus essentiels de la nation.

Au fond, des retrouvailles entre Me Abdoulaye Wade et Macky Sall, la sortie de prison de Khalifa Ababacar Sall peuvent être saluées par tous les Sénégalais, pourvu que les politiciens de tous bords acceptent enfin de s’asseoir autour d’une même table pour discuter réellement du devenir de la nation, des besoins des couches laborieuses du pays désemparées par les inondations ainsi que la pauvreté. Mais non, aujourd’hui, ces mêmes politiciens ne semblent être intéressées que par les questions d’amnistie totale au profit de Karim Wade et de Khalifa Sall. Il n’y a que cela qui tienne, qui compte à leurs yeux, sinon les questions essentielles qui concernent le devenir du Sénégal sont à reléguer au second plan. Qu’on ne nous parle surtout pas de la société civile, qui face à cette défaillance des politiciens, aurait pu prendre en charge les combats pour les préoccupations réelles des Sénégalais. Visiblement, la société civile s’intéresse à autre chose. Le combat pour le bien-être des couches défavorisées de la population ne peut être porteur auprès des bailleurs de fonds.

La rédaction de Xibaaru