Kédougou : Ces filles qui donnent du sens au parrainage de l’APECEK….

Aïssatou Diouldé Diallo et Mame Marème Diop

En marge de l’évaluation du parrainage des filles, les membres de l’Association pour la Promotion de l’Education, la Culture et les Echanges avec Kédougou (APECEK) se sont réjouis des résultats enregistrés par les filles bénéficiaires de cet accompagnement tout au long de leur cursus scolaire.

Pour cette année scolaire écoulée, 4 filles sur 5 en classe d’examen ont réussi à décrocher leur parchemin. Des résultats qui n’ont pas laissés indifférents M Mor Khouma, le trésorier général de l’Association pour la Promotion de l’Education, la Culture et les Echanges avec Kédougou (APECEK)/section Kédougou.

« Nous nous réjouissons des résultats enregistrés par les filles que nous soutenons depuis 4 à 5 ans. Compte tenu de la pandémie du coronavirus, nous ne nous attendions pas à ces résultats. Au BAC nous avions trois candidates, dont une à l’enseignement technique et deux à l’enseignement général. Parmi nos candidates, deux ont réussi à leur examen. Une candidate a échoué. Au BFEM, toutes nos deux candidates ont réussi. » dit-il avant de continuer

« Nous avons été séduits par la réussite de Mlle Aïssatou Diouldé Diallo de Malinda. A l’époque, elle faisait le trajet à pieds de Malinda à Dimboli pour se rendre au collège. Vu sa détermination et son engagement à poursuivre ses études, APECEK avait mis à sa disposition une bicyclette, il y a trois ans de cela. Depuis lors, Mlle Aïssatou Diouldé Diallo a suivi nos conseils à la lettre. Elle s’est mise au travail et voilà le résultat. C’est vraiment réconfortant pour nous membres de l’APECEK et pour tous les parrains. A travers ces résultats nous félicitons toutes nos filles que nous parrainons » a-t-il témoigné non sans dégager de perspectives.

« Pour l’instant nous sommes en train de réunir toutes les conditions afin que Mlle Mame Marème Diop puisse se présenter au concours d’entrée au lycée d’excellence de Diourbel. L’objectif de l’Association pour la Promotion de l’Education, la Culture et les Echanges avec Kédougou (APECEK) est de faire de sorte que les filles progressent dans leurs études et restent le plus longtemps possible à l’école » a ajouté M Mor Khouma.

Force est de reconnaitre qu’en France, c’est avec beaucoup de dévouement que les membres de l’Association pour la Promotion de l’Education, la Culture et les Echanges avec Kédougou (APECEK) parviennent à trouver des moyens pour pouvoir assister ces filles de Kédougou.

Ces brillants résultats enregistrés cette année à Kédougou pourront-ils être une source de motivation supplémentaire pour les parrains dans ce contexte de coronavirus et/ou d’après pandémie du coronavirus ?

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.sn