La Côte d’ivoire, enfin démocratique…ADO au panthéon de l’Histoire

« Je voudrais vous annoncer solennellement que j’ai décidé de ne pas être candidat à
l’élection présidentielle », nous avons fini de citer le Président ivoirien Alassane Dramane
Ouattara. Cette déclaration tenu lors du discours sur l’Etat de la Nation sonna comme un
coup de tonnerre mais aussi comme une délivrance pour de nombreux ivoiriens, ouest-
africains et africains de manière générale qui craignaient une nouvelle guerre dans cet Etat du
golfe de guinée.
Pays situé en Afrique de l’ouest, la Cote d’ivoire est un géant économique au sein de
l’UEMOA, d’ailleurs, elle est la locomotive de celle-ci avec près de 42% de représentativité
économique et la troisième économie de la CEDEAO derrière le Nigéria et le Ghana. C’est
pour dire que la stabilité du pays de la lagune ébrié intéresse tout le continent, la communauté
internationale et les nations unies. C’est tellement vrai que dans la décennie 70-80, les
économistes ne se sont pas gênés à parler de miracle économique ivoirien, tellement la Côte
d’ivoire frôlait un taux de croissance honorable avec 7% à 8%. C’est un véritable mammouth
avec son titre de premier producteur de cacao et deuxième producteur de café tout juste
derrière le Brésil. La Côte d’ivoire a fait la fierté de l’Afrique et de la sous-région, sous la
houlette et la vision sage, éclairée du bélier de Yamoussoukro, Félix Houphouët Boigny.
Médecin de profession, le Président Boigny a été comme les présidents Diori
Hamani, Abdoulaye Wade et l’écrivain Birago Diop, un pensionnaire du mythique école
William Ponty de Dakar. Il a eu le mérite d’être le seul indigène, noir issu de la population
locale à suivre de hautes études en médecine, à l’opposé des autres pensionnaires qui suivirent
tous des études en vétérinaire : la santé des animaux. Il faudrait comprendre que nous étions
en pleine période d colonisation, de ségrégation raciste, raciale et les distancions entre blancs
et noirs étaient poussées, frappantes et marquantes.
C’est dans ce contexte que le Président Houphouët Boigny arriva au pouvoir en Côte
d’ivoire en tant que père de cette jeune et nouvelle nation. Il s’attela à bâtir une économique
forte avec une croissance soutenue et viable, il n’a pas manqué, par ailleurs, à désenclaver le
pays et ceci dès les années 1970. De nouvelles infrastructures modernes jusque-là hors de
portée des budgets des Etats africains sortent de terre en terre ivoirienne, grâce à l’ingéniosité
mais surtout grâce à l’audace du vieux de Yamoussoukro.

Cependant le vieux s’est attelé à bâtir un Etat sans se focaliser de trop sur la nation
véritable ciment, bouclier et rempart pour la paix civile et sociale. Il a péché là où Léopold
Sédar Senghor a réussi au Sénégal, le brassage, le métissage et le commun vouloir de vie
commune entre les ethnies, et Senghor a péché là où son homologue ivoirien a réussi, c’est-à-
dire, le boom économique avec une croissance économique vertigineuse. A-t-il négliger la
nation ? Etait-il trop sûr de son héritage économique ? Pensait-il que les ivoiriens ne se
battraient pour rien au monde pour une question d’ethnie ? NON. Il n’était pas surpris. Raison
pour laquelle, il a tardé à quitter le pouvoir, jusqu’à sa mort le 7 décembre 1993, coïncidant
même avec le jour de la fête de l’indépendance de son pays.
Le Président de l’Assemblée nationale d’alors Henri Konan Bédier, succède au vieux
comme dauphin constitutionnel. Mais ce dernier va souffrir rapidement d’une légitimité
historique, en réalité, son leadership est sérieusement et vigoureusement contesté. La mise à
l’écart du premier ministre Alassane Dramane Ouattara n’a pas facilité la présidence-
transition d’Henri Konan Bédier. D’ailleurs, ce dernier ne tardera pas à sortir le concept
scélérat de l’ « ivoirité » sûrement à cette époque le Président Houphouët Boigny avait
profondément mal dans sa tombe, lui, le panafricain qui n’a pas hésité à ouvrir son pays aux
burkinabé, maliens et sénégalais. Les étrangers représentent 30% de la population ivoirienne.
En 1999, le Président Bédier est renversé par un putsch militaire sous la conduite du Général
Robert Guei, les antagonismes entre les différents acteurs de la vie politiques ivoirienne
s’accroissent et s’accentuent davantage.
Le Général putschiste organise des élections auxquelles ne participeront pas Alassane
Dramane Ouattara victime du concept xénophobe, raciste et racial de l’ « ivoirité » théorisé
à l’époque par Henri Konan Bédier et renforcé par Robert Guei. L’ancien gouverneur de la
BCEAO est exclu de cette présidentielle d’octobre 2000. Mais l’opposant historique Laurent
Gbagbo, irréductible opposant à Houphouët Boigny y participe et remporte l’élection à
l’issue d’un second tour qui a tardé longtemps à se dessiner entre lui et son challenger Robert
Guei.
Laurent Gbagbo accède au pouvoir de façon calamiteuse comme il aimait souvent à
le rappeler à travers ses interviews dans la presse étrangère. En septembre 2002, on lui impose
une rébellion auquelle, il devra faire face en partageant de fait son pouvoir avec le chef des
rebelles : Guillaume Soro. Les accords de Marcoussis imposèrent un partage du pouvoir
avec comme premier ministre Monsieur Guillaume Soro.

Le Président Gbagbo joue aux dilatoires en renvoyant à maintes reprises la
présidentielle initialement prévue en 2005. Sous la pression de la communauté internationale
et trop sûr de sa probable victoire, il accepte la participation du « banni », le « honni », le
« vomi » de toujours Alassane Ouattara, lui qui a vu sa candidature plusieurs fois refusée.
En décembre 2010, la présidentielle se tient et envoie Gbagbo et Ouattara comme les deux
finalistes du second tour. Celui-ci se tient dans un contexte de suspicion et de méfiance
surtout, en ce qui concerne, les populations établies au Nord, musulmans et susceptibles de
voter massivement en faveur du musulman Ouattara, Gbagbo perd au second tour de
l’élection mais conteste les résultats de celles-ci. Mieux il récuse les représentants de l’union
européenne et exige un recomptage des voix à Bouaké, Korhogo, Touba, bref dans tout le
Nord de la Cote d’ivoire.
On assiste à une impasse, le Président Gbagbo n’est pas prêt à céder le pouvoir au
profit de son challenger. Il s’entête et s’emmure dans un mutisme total. Ainsi, le Président
français Nicolas Sarkozy sous le mandat de l’ONU déclenche une opération sous l’égide des
forces françaises de Cote d’ivoire, Gbagbo est capturé, malmené et arrêté ce fût le lundi 11
avril 2011. Humilié, torturé, il capitule, Alassane Ouattara qui avait établi son quartier
général, à l’hôtel du golfe prend le pouvoir dans un pays dévasté par 3000 mille morts entre
décembre 2010 à avril 2011. Il aura comme mission de réconcilier un pays divisé et scindé en
deux le Nord foncièrement musulman et acquis à sa cause et un Sud chrétiens, animistes,
hostile et réfractaire à sa personne, sa politique et son autorité.
Pendant cinq ans, il instaure une véritable accélération des politiques infrastructurelles,
il désenclave le pays. Le pays respire encore une fois une nouvelle santé financière similaire à
la glorieuse épopée d’Houphouët Boigny. La capitale Abidjan est moderne et n’a rien à envier
aux capitales des pays développés. Tout logiquement Alassane Ouattara est réélu sans surprise
générale, en octobre 2010 avec un score soviétique de 93%, mais il faut noter aussi qu’il
n’avait qu’en face de lui que de second couteaux, car, le FPI de Gbagbo avait présenté un
candidat de substitution, Mamadou Coulibaly ancien président de l’Assemblée nationale ne
faisant pas le poids, en sus, de la robustesse de la coalition RHDP regroupant le PDCI-RDA
de Konan Bédier et du RDR d’Alassane Ouattara naturellement, l’ancien gouverneur
adjoint du FMI s’est offert un boulevard pour sa réélection dès le premier tour.
En renonçant à briguer pour une troisième fois la présidence de la République
ivoirienne, Alassane Ouattara a libéré « Tout » un peuple longtemps pris en otage par le trio
infernal de la scène politique ivoirienne à savoir lui-même, Ouattara-Bédier-Gbagbo. En se

retirant de la course présidentielle, le septuagénaire de 78 ans embrasse l’Histoire et ridiculise
en même temps ses irréductibles adversaires Henri Konan Bédier 86 ans et Gbagbo 75 ans.
En voulant d’après ces propos « céder » le pouvoir aux plus jeunes, le Président
Ouattara prend sa retraite politique, en y envoyant d’office, ses deux principaux opposants
routiers. Il a véritablement réussi un véritable coup de maître et de génie en ce 5 mars 2020,
lors de son discours sur l’Etat de la Nation. Il consolide son pouvoir et son image dans la
mesure où si demain, Bédier et Gbagbo voudraient se représenter, ils seraient la risée de leur
peuple car, celui-ci leur indiquerait la posture et l’attitude sage du Président Ouattara.
Désormais en se positionnant comme le chantre de la démocratie en Côte d’ivoire, le
Président Ouattara rejoint le Président Houphouët Boigny dans le cercle restreint des
« immortels » et des personnalités respectées et respectables au pays de la lagune ébrié. Il
lance en même temps, un signal fort à ses autres collègues chefs-d ’Etat qui s’éternisent au
pouvoir ne réalisant pas qu’il existerait une seconde vie après le pouvoir.
Le « cas » Ouattara fera école en Afrique et dans la sous-région, ailleurs, les présidents
de la République durent au pouvoir 20 ans à 40 ans, et ça deviendra pratiquement impossible,
les peuples et la conscience africaine ne pourraient plus l’accepter comme auparavant.
Alassane Ouattara vient de réaliser l’unique matière, la seule substance vitale et viable qui
manquaient jadis à la Cote d’ivoire : la DEMOCRATIE.
Maintenant il doit tenir le bon bout du processus démocratique qu’il vient
d’enclencher, en organisant des élections régulières, transparentes, démocratiques et surtout
inclusives. S’il réussit cette prouesse, il sera à jamais considérer en Côte d’ivoire et en
Afrique comme un sage, un saint et un Prométhée par la génération postérieure, en quête de
références et de repères depuis la disparition de Mandela en décembre 2013.
Que la paix et la démocratie sommeillent en Côte d’ivoire et en partout en Afrique !

Dr El Hadji Cheikh Ibra Faye
Docteur ès lettres modernes