Burkina Faso: près de 43 civils tués dans des attaques au nord

Au moins 43 villageois ont été tués, dimanche 8 mars, au cours de plusieurs attaques perpétrées dans des localités de la province du Yatenga, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé lundi le gouvernement burkinabè dans un communiqué.

« Dimanche, des attaques ont été perpétrées dans les villages de Dinguila et Barga situés dans la commune de Barga, province du Yatenga (nord). Le bilan provisoire fait état de 43 victimes », a indiqué le ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, repris par plusieurs médias dont France 24 et AFP.

Dinguila et Barga se trouvent près de la frontière avec le Mali, dans une région où des groupes jihadistes et des milices ethniques s’en sont déjà pris à plusieurs reprises à la population.

Selon l’AFP qui a joint des sources locales, il s’agit de « villages où vivent majoritairement des Peuls », souvent accusés d’être proches des jihadistes. Selon ces sources, il s’agit d’attaques de groupes d’autodéfense en représailles aux actions jihadistes.

« Les blessés, au nombre de six, ont été référés au Centre hospitalier régional de Ouahigouya où ils sont pris en charge. Les Forces de Défense et de Sécurité ont été immédiatement déployées sur les lieux pour sécuriser les villages attaqués », a précisé le ministre, soulignant que le gouvernement « condamne avec la plus grande fermeté cette attaque odieuse ».

« Le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande instance de Ouahigouya a par ailleurs été saisi (…) tout est mis en œuvre pour ramener le calme et la sérénité dans les villages touchés », a-t-il ajouté.