La France insulte le Prophète de l’Islam…La France protégée au Sénégal

Karim Xrum Xax arrêté lors de sa manifestation : A quand la fin de l’impérialisme de la France ?

A quand la fin de l’impérialisme français ? L’on peut comprendre sous ce rapport le combat que mène sans répit contre la France ainsi que contre d’autres puissances impérialistes occidentales, Guy-Marius Sagna et compagnie. C’est avec indignation, que le monde entier, toute la communauté islamique a réagi après la sortie de la France indiquant que tous les ressortissants étrangers ayant épousé le régime de la polygamie vont être expulsés de son territoire.

La France peut être libre d’interdire ce qu’elle veut tout ce qui va à l’encontre de ses valeurs, de ses principes. Ainsi, en France, nul n’a le droit de se mettre dans la rue, et de crier publiquement : « Allahou Akbar ». Une interdiction qui va à l’encontre de la liberté, du droit d’exercer ainsi que d’exprimer sa foi, sa religion.  Pire, crier publiquement dans les rues de Paris : « Allahou Akbar » est considéré comme un acte terroriste. Ainsi va la France, avec ses valeurs !

Seulement, si l’Hexagone se permet de rejeter tout ce qui va à l’encontre de ses valeurs, aucun autre Etat en Afrique n’a le droit de défendre les siennes. Ici à Dakar, capitale du Sénégal, Karim Xrum Xax et plusieurs membres de la société civile ont voulu organiser une manifestation pour dire non à la France qui brime la foi des musulmans en donnant libre la voie à ses citoyens qui insultent l’islam en faisant des carricatures du prophète Mohammed (PSL). Un acte inacceptable.

Voilà, ce que Karim Xrum Xax et compagnie ont tenté de dénoncer en brûlant le drapeau français, lors de leur manifestation. Hélas, ils ont été arrêtés. Trop, c’est trop. L’Etat du Sénégal doit respecter les Sénégalais. De la même manière qu’Emmanuel Macron permet à son peuple d’insulter le prophète Mohammed (PSL), de la même manière l’Etat du Sénégal doit permettre à ses citoyens de brûler le drapeau de la France qui ne respecte les valeurs des autres.

La rédaction de Xibaaru