Projet Qista à Kaolack : Malick Wade Guèye rétablit la vérité…

Malick Wade Gueye de l'APR Espagne

Il n’aura même pas fallu 1 minute de lecture de l’article de Monsieur Pierre BELLAGAMBI, Directeur général et co-fondateur de techno BAM pour le voir s’empêtrer dans ses propres contrevérités. Nous allons donc commenter les propos de Monsieur BELAGAMBI que nous écrirons en « italique gras » pour permettre aux uns et aux autres d’en juger.

Monsieur BELLAGAMBI à l’entame de son propos nous traite « d’amalgamistes ».

Dans son article, il a essayé de nous expliquer tout le processus du projet des capteurs de moustiques à Kaolack. Il dit : « Dans la perspective du Sommet Afrique-France 2020 qui était prévu pour se tenir au mois de Juin 2020, la Direction Générale du Trésor-Ministère de l’Economie et des Finances (France) a lancé un Appel à projets intitulé « Solutions innovantes pour la ville durable en Afrique ».

A ce titre nous, Société QISTA, avons approché différentes représentations diplomatiques établies en hexagone pour leur présenter notre innovation technologique et les inviter à diffuser l’information dans leurs pays respectifs pour y intéresser des collectivités. C’est tout le sens de la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et dans laquelle on me voit faire une présentation technique de la BAM (borne anti-moustique) au profit de Madame YandéNDIAYE qui, en ce moment-là, était consule générale du Sénégal à Marseille. Madame NDIAYE a ainsi contacté plusieurs collectivités territoriales du Sénégal dont le Conseil départemental de Kaolack ainsi que des communes (Fatick et Djilor Saloum en particulier) ». A priori, nous tenons à lui poser ces questions : 1- Comment Monsieur BELLAGAMBI a connu Monsieur BABA NDIAYE, président du conseil départemental de Kaolack ? 2- Nous demandons à Monsieur BELLAGAMBI d’exhiber la lettre qui a été adressée aux représentants diplomatiques comme il vient de le faire avec la convention qui lie sa société et le conseil départemental de Kaolack. 3- Comment est-il entré en contact avec Madame NDIAYE ? (Par l’entremise de Monsieur Ronal de la chambre de commerce). Cher BELLAGAMBI vous n’êtes pas rentré en contact avec Mme Yandé Ndiaye par voie diplomatique (désolé), c’est ce que d’ailleurs tente de distiller Monsieur Baba Ndiaye. Vous êtes passé par l’intermédiaire de Monsieur Ronal, vice-président de la chambre de commerce de Marseille, donc hors de tout cadre formel comme vous le soutenez. (Vrai ou faux ?)  Ne jouez pas le jeu de Baba Ndiaye sans prendre la précaution d’écouter l’autre partie. Ceci vous permettrait de bien cerner ce qui se passe pour vous éviter de prêcher dans le faux. 4 – Si Madame yandé, en tant que Consul général avait choisi une autre localité parmi les 45 départements du Sénégal, Kaolack en serait-il bénéficiaire ? (Non Messieurs). Le repas est maintenant prêt ; servez-vous et au moins soyez honnêtes.

Chers Messieurs, BELLAGAMBI et NDIAYE, dans ce projet précis, Madame Yandé NDIAYE n’a jamais contacté une autre collectivité territoriale du Sénégal à part le Conseil départemental de Kaolack contrairement à ce que Messieurs BELLAGAMBI et NDIAYE veulent nous faire croire. En ce qui concerne la commune Djilor (Région de Fatick), C’est Qista qui avait promis d’appuyer les actions humanitaires de Mme Yandé Ndiaye dans ces localités en offrant aux femmes de Djilor et villages alentours, un hangar de stockage de produits maraichers. La délégation de Qista était même allée avec elle à Djilor en janvier 2020 pour confirmer sa promesse. Ces femmes vous attendent.

En janvier 2020, Mme yandé Ndiaye n’était certes plus consul général mais Si vous l’aviez invitée à vous accompagner à Kaolack pour le lancement du projet c’est sûrement pour continuer son rôle de facilitateur dans cette affaire. En ce moment le conseil département, naturellement habilité à le faire, avait déjà signé la convention avec vous.

C’est par une relation personnelle que Madame yandé Ndiaye a été mise au courant de l’appel à projets qui vous a conduit aujourd’hui à être Kaolack avec Monsieur baba Ndiaye. Elle a bel et bien demandé au président du conseil départemental de Kaolack Monsieur Baba NDIAYE de lui faire parvenir une lettre de manifestation d’intérêt. Madame NDIAYE n’a jamais dit que Baba NDIAYE a détourné un projet, c’est ce dernier qui veut semer l’amalgame et certainement, il a servi cela à Monsieur BELLAGAMBI Il s’agit plutôt d’ingratitude et de maquillage, voire de dissimilation de la vérité ; en quoi faisant ?  Madame NDIAYE ne demande rien que la reconnaissance de ses efforts fournis pour que le projet soit déroulé à Kaolack ; ni plus ni moins. Et cette reconnaissance n’était rien d’autre qu’une lettre d’invitation où tout au moins une lettre d’information du calendrier des activités de réception. Ce que nous ne comprenons pas, c’est le fait de ne plus citer son nom alors que quand il le fallait de son côté, elle a associé vos noms dans toutes les rencontres jusqu’à vous permettre aujourd’hui de faire tout ce qui gravite autour de ce projet. A vouloir nier l’évidence, on se ridiculise et on devient tout petit. Prenez de la hauteur. Et comme on le dit bien en Wolof : « LOU SOTI AM BOROM» (Toute œuvre humaine bien accomplie s’approprie).

Malick Wade GUEYE consulat Sénégal /Marseille.