La Minusca réitère son soutien au Processus de Sécurité en République Centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) réitère son soutien à la Stratégie nationale de la Réforme du secteur de sécurité
(RSS) dont elle salue les progrès dans sa mise en œuvre par le Gouvernement centrafricain. L’annonce a été faite le 1er septembre à Bangui par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RCA et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, a indiqué mercredi la Mission lors de sa conférence de presse
hebdomadaire.
Au cours du briefing, le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, a indiqué que lors de la cérémonie de sortie de 500 élèves gendarmes présidée par le Chef de l’Etat centrafricain, le Représentant spécial a exprimé sa satisfaction devant les avancées que constituent les fins de formation de 1350 policiers et
gendarmes, et qui marquent une « marche irréversible de la RCA vers la mise en œuvre effective du programme de réforme du secteur de sécurité ». Il a réitéré « le soutien indéfectible de la Mission dans l’exécution du programme de réforme du secteur de la sécurité, conformément à son mandat », selon le porte-parole. Le mandat de la MINUSCA au processus de RSS « porte sur des conseils stratégiques et techniques aux autorités en étroite coordination avec l’EUTM- RCA et d’autres partenaires internationaux du pays, dont les États-Unis, la Russie, la France et la Chine », selon le porte-parole. « De même, il porte sur
l’appui de la Mission dans la formation et le renforcement des forces de police et de gendarmerie, y compris le recrutement ainsi que dans la vérification préalable des éléments des forces de défense et de sécurité », a-t-il ajouté.
En ce qui concerne le processus électoral, le porte-parole a souligné que la Force de la MINUSCA et l’Autorité nationale des élections (ANE) travaillent actuellement pour assurer la sécurisation des agents recenseurs dans les zones où les centres d’inscription d’électeurs n’avaient pas pu fonctionner, tout en
précisant que la Mission « ne tolérera aucun obstacle à l’opération d’enrôlement et met en garde tout groupe armé menaçant de perturber le processus ».

Le porte-parole a rappelé que la MINUSCA encourage le dialogue entre tous les acteurs pour un processus électoral apaisé et inclusif, et se félicite de la mise en place prochaine du cadre de concertation. Il a en outre indiqué que le Représentant spécial, accompagné du leadership de la Mission, a poursuivi ses
bons offices en rencontrant la mouvance presidentielle, l’opposition, la société civile et d’autres acteurs dans le but de lancer des messages de paix et d’appeler au dialogue et à la concertation. « La MINUSCA rappelle qu’elle travaille en étroite collaboration et parfaite synergie avec le G5 sur la question électorale », a-t-il conclu.
De son côté, le porte-parole de la Force, le Commandant Issoufou Aboubacar Tawaye a souligné que l’opération conjointe MINUSCA-FACA ‘A La Londo’ est entrée dans sa phase décisive. « Les 3R ont été poussés hors de leurs zones de confort, en raison de la pression de la force conjointe, qui en est venue à dominer la plupart des positions précédemment occupées par les 3R », a-t-il indiqué.
Soulignant que le 3R est désormais en fuite et tente d’éviter la confrontation directe avec les forces conjointes, le porte-parole militaire a ajouté que « la Force intensifie ses patrouilles offensives et de reconnaissances sur différents axes et dans différentes localités afin de poursuivre, capturer et désarmer tout élément 3R rencontré ».
Il a par ailleurs indiqué que malgré la situation sécuritaire relativement calme sur l’ensemble du territoire, la Force a mené 2726 patrouilles la semaine écoulée sur l’ensemble du territoire centrafricain, dont certaines avec les FACA, dans le cadre de son mandat de protection des populations civiles.
Pour sa part, le porte-parole de la Police, le Capitaine Léo-Franck Gnapié a souligné que la semaine a été marquée par plusieurs événements importants sur le plan de la sécurité, notamment la sortie officielle de 1350 policiers et gendarmes qui « viennent renforcer les capacités opérationnelles des forces de
sécurité intérieure pour faire face aux grands défis du moment que sont la protection des civils, la lutte contre l’impunité mais aussi la sécurisation du processus électoral ». Le porte-parole d’UNPOL a également souligné le lancement officiel des épreuves écrites et sportives du concours de recrutement
des 1000 nouveaux policiers et gendarmes ainsi que l’installation d’un poste de de la police centrafricaine au PK5, à Bangui.
« L’installation de ces postes de police est l’un des résultats du projet expérimental de police de proximité qu’UNPOL a initié dans ce quartier depuis octobre 2019. Il vise à promouvoir la cohésion sociale, le retour des services publics au PK5 et restaurer la confiance entre les habitants de ce quartier et les forces de l’ordre », a-t-il expliqué.