Le DG de Senelec soutenu par les faucons du Palais et de puissants hommes d’affaires

SENELEC – Des faucons et puissants lobbys dans la danse : La guerre pour le contrôle de l’électricité lancée

La guerre de l’électricité démarre au Sénégal. En fait de puissants lobbys tapis dans l’ombre, et comme l’occasion faisant le larron, ils sont aidés par des faucons du Palais de la République dont les deux Mademba ne sont que leurs instruments. Leur objectif, faire partir Mouhamadou Makhtar Cissé du ministère du Pétrole et des Energies, et faire main basse de l’électricité au Sénégal, d’autant que l’Etat envisage la réforme pour éclater en trois entités, la SENELEC. Dans leurs desseins, la présence de Mouhamadou Makhtar Cissé à la tête du ministère du Pétrole et des Energies pourrait contrecarrer tous leurs plans.

Et dans le but de mieux contrôler l’électricité au Sénégal et pouvoir avoir une mainmise totale sur les trois entités qui naîtront de la SENELEC, mieux vaut alors se débarrasser de Mouhamadou Makhtar Cissé devenu encombrant à leurs yeux, tout en rompant tous les contrats actuels signés par cette société. Ne serait-ce le meilleur moyen d’offrir sur un plateau d’argent le secteur de l’électricité à des sociétés étrangères.

De puissants lobbys internationaux restent toujours actifs, et ont toujours du mal à accepter que le Sénégal, depuis sous Me Abdoulaye Wade avait décidé de dénoncer le contrat de privatisation de la SENELEC qui avait été signé avec le groupe Hydro-Québec. Avec cette dénonciation, faute de propositions sérieuses de la part des multinationales, la SENELEC était depuis retournée à son statut de société nationale. D’autant que dans leurs sinistres plans, il fallait observer la SENELEC sombrer davantage avant d’obliger le gouvernement à une seconde privatisation qui leur offrirait à moindres frais, la SENELEC, pieds et mains liés.

Même si la bonne gouvernance à la SENELEC a été le cadre des soucis du régime de Me Abdoulaye Wade, il convient de reconnaître cependant qu’il a su tenir bon pour ne pas céder à toute tentation de brader la SENELEC à des malfaiteurs étrangers. Aujourd’hui que la SENELEC est redevenue attrayante après que Mouhamadou Makhtar Cissé a quitté son poste de directeur de cabinet du Chef de l’Etat pour celui de directeur général de la SENELEC avec pour mission de la redresser ; chose qu’il a réussie, voilà que l’électricité devient attrayante au Sénégal pour que certains veuillent en faire main basse. Surtout dans la perspective de l’éclatement de cette société en trois entités.

Et pour mieux, se payer la tête de Mouhamadou Makhtar Cissé, qui mieux que les faucons du Palais, comploteurs devant l’éternel qui se payent les services des deux Mademba, ainsi que certains hommes d’affaires sénégalais devenus leurs laquais, car recevant des parts dans le capital de la future société qui sera chargée de l’exploitation de l’électricité.

La rédaction de Xibaaru