« Le PDS meurt de sa belle mort » (Emmanuel Desfourneaux)

C’est la fin ! Le PDS meurt de sa belle mort. Le PS n’est pas mieux loti. Est-ce une page qui se tourne ? Sûrement !

Le nouveau secrétariat national du PDS n’a pas réussi la mue du parti. Malgré le rajeunissement de celui-ci il y a un an, aucun changement majeur n’a été observé.

Toujours les mêmes rengaines autour de la traitrise supposée, toujours la même violence. La semaine dernière, une journaliste qui couvrait la cérémonie de la vente des cartes fut brutalisée.

Quelle honte !

Cette une de « Le Karimiste » illustre un comportement anti-social, anti-humain (les photos et les noms affichés relèvent d’une méthode scandaleuse. Cela me rappelle les heures sombres de l’histoire humaine); et dénote l’obsession maladive de traquer des ennemis de l’intérieur à tout prix. Ce trouble psychopathique vient de Doha.

En s’attaquant à de nouveaux responsables du PDS, il y a une continuité à la chasse aux sorcières. On pourrait en déduire qu’il y a une volonté de construire un noyau dur autour de la génération Karimiste. En réalité, avec ce nouvel épisode, une nouvelle étape a été franchie. Cette fois-ci, on élimine des karimistes. C’est dire si tout le monde doit se sentir en danger au sein du PDS. Et c’est peut-être le message envoyé !

La grande majorité silencieuse des membres du PDS, forte de ses interrogations légitimes sur la conduite de ce PDS, restera-t-elle passive devant ce démantèlement mortifère d’un des partis les plus anciens du Sénégal ?

 

Emmanuel Desfourneaux