Le risque d’une crise alimentaire majeure…conséquence du Covid-19 ?

Réflexions conjointes d’un académicien du sud et d’un académicien du nord : Sécurité sanitaire et sécurité alimentaire : mêmes enjeux, mêmes défis. Le risque d’une crise alimentaire majeure, conséquence du Covid-19 ?

Académie d’agriculture de France 08 avril 2020

Le Covid-19 a engendré une crise sanitaire mondiale sans précédent par la
rapidité de sa propagation et de son évolution.
Nous ne sommes pas les seuls à craindre que cette crise sanitaire n’engendre
une crise alimentaire et humanitaire encore plus grave, notamment pour les
pays du sud, et à nous interroger sur la « survie » de la mondialisation des
marchés agricoles. L’interdépendance risque d’être sacrifiée, et l’absence de
solidarité entre les pays érigée en règle.
Pourquoi ?
Les mesures de confinement provoquent un arrêt brutal de la plupart des
activités économiques et une récession mondiale. Ce seront les populations les
plus pauvres et les plus fragiles qui auront le plus de mal à faire face à la crise,
et particulièrement dans la fonction vitale de se nourrir.
De plus, les fortes perturbations des chaines d’approvisionnement
agroalimentaires, conjuguées à la limitation des échanges internationaux, vont
avoir des effets redoutables pour de très nombreux pays :
– Certaines productions agricoles pour l’exportation subiront de fortes
baisses, engendrant la perte de revenu des producteurs, en Europe comme
en Afrique.
– Inversement, les importations de produits alimentaires subiront de fortes
perturbations (notamment des pays n’exportant plus pour préserver leurs
ressources), avec des risques évidents de sous-approvisionnement des
marchés intérieurs des pays importateurs, et de possibles révoltes de la
faim, à l’image de la crise agricole de 2008 dans certaines capitales
africaines.

C’est au regard de cette perspective alarmante que nous proposons une
approche volontariste, qui se fonde sur nos expériences des situations au sud,
en Afrique, et au nord, en France.

Quelles sont nos propositions :
– Rechercher l’autosuffisance pour les produits stratégiques :
L’Afrique est encore beaucoup trop un continent importateur pour
fournir les volumes de céréales et de protéines animales nécessaires à
l’alimentation de sa population. De nombreux programmes de
développement ont permis, un peu partout, d’accroître les productions
vivrières mais il faut donner une nouvelle ampleur et une plus grande
ambition à des projets permettant d’accroître les productions locales de
blé, de riz, de maïs, de mil, de fruits et légumes, de viandes, de
poissons… tout en respectant les impératifs du développement durable.
En Europe, certaines productions sont encore trop dépendantes de
l’extérieur, les élevages hors sol en étant un bon exemple. Pourquoi
l’Europe ne déciderait-elle pas d’avoir une « Politique Alimentaire
Commune », en lieu et place de la PAC de plus en plus décriée ?
En Afrique, la taille des pays, la richesse des écosystèmes et les faibles
capacités financières existantes nous semblent militer pour une politique
d’autosuffisance alimentaire continentale, fondée sur l’exploitation des
complémentarités. Il faudrait évidemment, dans ce cas, trouver les voies
et moyens pour réduire significativement les coûts de transaction en vue
de favoriser une mobilité des produits et l’établissement de justes prix.
– Développer des programmes de développement ciblés :
Les budgets gigantesques déjà annoncés pour limiter les effets
économiques de la crise du Covid-19 auraient été beaucoup plus utiles et
mieux utilisés pour financer des actions préventives ou des programmes
de développement.
Dans le domaine de la gestion des risques épidémiologiques, il aurait été
peu couteux de prévoir les stocks des équipements nécessaires à une
gestion rapide et efficace de ce genre de pandémie.
De même, les budgets alloués par les États ou les organisations
internationales pour développer l’agriculture paraissent aujourd’hui
dérisoires comparés aux centaines de milliards d’euros proposés pour
renflouer l’économie mondiale.
Des solutions peuvent se mettre en place. La notion de Système Agricole
Territorial, proposée par d’autres collègues académiciens, en est une ;
elle est d’ailleurs tout à fait applicable dans les agricultures africaines et
européennes. L’agroécologie est souvent présentée comme une
alternative intéressante et féconde pour satisfaire nos besoins et
permettre aux générations futures de faire de même.

– Redonner de l’attractivité aux métiers de l’agriculture
En Afrique, mais aussi en Europe, il faudra redonner aux métiers de
l’agriculture, de l’agroalimentaire et du monde rural l’attractivité qu’ils
ont perdue. C’est d’une importance première pour aider les jeunes
générations qui ont une mauvaise image des métiers agricoles.
Il est anormal que sur nos deux continents les paysans soient
globalement déconsidérés. On donne d’eux des images négatives, quand
on ne les accuse pas d’être des empoisonneurs et des pollueurs.
Dans le contexte africain, il faut, de toute urgence, transformer les
demandeurs d’emplois en porteurs de projets et miser sur l’innovation
technologique. Cet objectif appelle des réformes majeures, surtout dans
l’enseignement, qui doit être un cadre préparant à la vie professionnelle
plutôt qu’un système tendant à la formation de futurs salariés.
Par ailleurs, une agriculture africaine décomplexée et émancipée
suppose une discrimination positive pour les jeunes, les femmes et les
porteurs de handicap, particulièrement pour ce qui est des subventions
aux facteurs de productions et l’accès à la terre.
– Fortifier la recherche scientifique et technique :
Cette crise sanitaire rappelle l’importance de l’expertise et des travaux
de recherche, mais elle montre aussi les limites de la science confrontée
aux aléas de la nature.
Sur ce point, il paraît essentiel de renforcer considérablement les
échanges et travaux de recherche partagée entre l’Europe et l’Afrique.
Nous disposons sur ces deux continents très proches d’un patrimoine
naturel et domestique, végétal et animal, inestimable. Pour assurer le
développement d’une agriculture durable, la conservation de cette
richesse génétique est un atout majeur.
La recherche scientifique doit être davantage pilotée par l’aval, elle doit
se montrer interdisciplinaire, participative et prospective. En d’autres
termes, il faut une recherche de qualité associant tous les utilisateurs.
Au demeurant, l’humanité se doit de refuser d’être dans une gestion des
urgences. Pour ce faire, elle doit armer la recherche, financièrement et
moralement, au lieu de la solliciter en urgence chaque fois qu’elle se
retrouve confrontée à des problèmes graves et inattendus.

– Assurer des stockages alimentaires de précaution :
Les premières semaines de la crise du Covid-19 ont montré à quel point il
importe de disposer partout des matériels et des produits
indispensables.
Il faut que notre monde apprenne à éviter les gaspillages alimentaires, à
réduire les pertes post récolte et à constituer des stocks de sécurité
conséquents pour faire face à l’incertitude.
Nous devons gérer aujourd’hui en pensant à demain : non seulement la
vie humaine doit être préservée, mais elle doit être meilleure.

En moins de 12 ans, notre monde a été surpris par la crise économique et
financière de 2008, puis par le coronavirus en 2020.
Une fois ce Covid-19 vaincu, quel sera le prochain défi pour notre humanité ?
En tout état de cause, l’enjeu alimentaire doit, impérativement et sans délai,
être mieux pris en charge.
À cet effet, si demain doit exister et être meilleur qu’aujourd’hui, il faut dans
chaque pays une solidarité générationnelle agricole et au niveau mondial un
code de bonne conduite agricole consensuel dont nous souhaitons la mise en
place. C’est un préalable incontournable pour assurer l’avènement de systèmes
alimentaires durables, productifs et équitables.

Jacques Brulhet – Vice-président – Académie d’agriculture de France
Papa Abdoulaye Seck – Membre de l’Académie d’agriculture de France, ancien
ministre de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal