Ultimate magazine theme for WordPress.

Le Sénégal est malade…et Macky ne voit rien

0

SÉNÉGAL : UN RÉGIME ENTRE DÉMAGOGIE ET DESPOTISME ?
« Au sommet de la puissance, on ne voit plus rien du tout », alertait Louis Pauwels.
Macky Sall, qui préside aux destinées de ce pays ne voit ni n’entend le bruit sourd de la révolte qui gronde, et que tentent d’étouffer les courtisans qui chuchotent à ses oreilles. Ils lui ont mis des œillères qui orientent son regard vers un ciel bleu sans nuages, si bien qu’il reste indifférent à l’exaspération généralisée qui grandit chaque jour encore plus.

Nous assistons dépités à la violation quotidienne de la solennité de notre Palais présidentiel et la banalisation de l’Institution qui est censée en incarner tout le prestige par celui-là même qui la représente.

Nous constatons en ces douloureuses circonstances combien notre pauvre pays tangue dangereusement entre despotisme de mauvais aloi et populisme de mauvais goût : les insulteurs du net et les transhumants de tout acabit sont reçus et récompensés sous les caméras, tandis que celui dont les injures résonnent encore à nos oreilles et fendent le cœur de tout citoyen respectueux de nos Institutions vient d’être honoré par Macky Sall himself, qui l’a traité sous nos yeux comme un citoyen modèle militant fidèle de sa coalition, depuis la France où il séjourne présentement !

Ce régime croule sous les récriminations, et pourtant, aucune réaction n’est notée pour calmer le ressentiment exacerbé qui cherche désormais un exutoire.

L’insolente et de plus en plus insupportable ethno politisation de l’Administration, le doublement inacceptable du coût de la vie dans un contexte de contentieux préélectoral lourd de danger ont fini par cristalliser une crise qui n’attend que l’étincelle pour exploser.

Les avertissements inaudibles de la société civile n’ont eu aucun effet. Quant aux différentes chapelles religieuses, elles attendent certainement que le mal soit fait pour exorciser le diable de la violence.

Le Sénégal est malade, de ses soi-disantes élites politiques.

Et, à défaut d’être soigné par les prières bénéfiques du dialogue, il risque d’être lavée par le sang.
Chers compatriotes sénégalais, cessons de vouloir pour nos parents, et pour nous-mêmes, les meilleurs postes et les plus grands privilèges, si pour l’obtenir, nous devons les arracher par des complots, guet-apens, et autres compromissions à de dignes patriotes sénégalais, compétents, loyaux dignes et honnêtes.

La promotion ethnoparentale est en train de prendre des proportions exécrables qui font enfler une sourde colère portée par un ressentiment si profond qu’elle ne peut qu’engendrer une déflagration à l’onde de choc forcément préjudiciable à notre concept d’État-Nation dont l’un des maîtres-mots est UN Peuple.

On ne peut cacher le soleil avec ses mains.

L’État du Sénégal, ce bien commun que nous sommes censés servir avec les mêmes valeurs, sur la base du mérite, de l’équité sans autre critères que la compétence, la probité morale bref une exemplarité immaculée est de plus en plus l’otage de lobbys dévorés par l’ambition de contrôler le régime et de s’approprier le pouvoir, pour satisfaire leurs ambitions personnelles et servir leurs propres intérêts.

Prenons garde à ne pas libérer le monstre de la division, à force de tirer sur sa laisse pour assouvir nos propres desseins, en foulant au pied les vertus valeurs et principes constitutifs d’un État de droit qui se dit démocratique.

Veillons au respect des facteurs d’équilibre sociaux, pour bâtir le Sénégal de tous, pour tous.
Cissé Kane NDAO
Président A.DE. R

 

laissez un commentaire