Macky doit aussi limoger le ministre de la justice…

Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck limogés : Quel sort à EL Hadj Malick Sall ?

Il faut dire que le Président de la République, M. Macky Sall a la main lourde en ce moment. Le Chef de l’Etat qui vient de limoger sans management le Directeur général des Sénégalais de l’Extérieur, M. Sory Kaba qui a eu l’outrecuidance de se prononcer sur son éventuel troisième mandat, mais a également démis de leurs fonctions, M. Samba Ndiaye Seck, Directeur de cabinet du Secrétaire d’Etat aux Droits humains, chargé de la Promotion des Droits humains et de la Bonne gouvernance et M. Moustapha Kâ, Directeur des Droits humains. Dans son communiqué, le ministère de la Justice soutient : « Suite aux déclarations tenues par les membres de la délégation sénégalaise au Comité des droits de l’homme, lesquelles ne sont pas conformes à la position officielle de l’Etat du Sénégal, Messieurs Samba Ndiaye Seck, directeur de cabinet du Secrétaire d’Etat aux droits humains, chargé de la promotion des droits humains et de la bonne gouvernance, chef de délégation, et Moustapha Kâ, directeur des droits humains ont été démis de leurs fonctions ».

Quoi de plus normal ! L’on peut se demander quelle mouche aurait piqué ces deux fonctionnaires de l’Etat ; auteurs d’une si grosse bourde. Le Sénégal peut-il se permettre de prendre l’engagement devant le Comité des Droits de l’Homme des Nations unies de dire rétablir Karim Wade de ses droits et réparer les préjudices qu’il aurait subis, alors qu’il fait l’objet d’une condamnation devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Pis, Karim Wade doit verser une amende de 138 milliards de FCFA à l’Etat du Sénégal, suite à sa condamnation.

L’on est en train d’évoquer toujours la légèreté dont ont fait preuve ces deux fonctionnaires du ministère de la Justice devant le Comité des Droits de l’Homme des Nations unies.

Quoi qu’il en soit, la sanction ne doit pas seulement se limiter à Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck. Que doit-il être du ministre de la Justice, Me El Hadj Malick Sall ? A notre connaissance, Moustapha Kâ comme Samba Ndiaye Seck, sont deux fonctionnaires du ministère de la Justice. Ils ne peuvent prétendre agir sans l’assentiment du ministre de la Justice, Me El Hadj Malick Sall. En réalité, le principal responsable de cette énorme bourde est Me El Hadj Malick Sall. Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck n’auraient jamais osé prendre un tel engagement de la part du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies, s’ils n’avaient obtenu l’onction de leur ministre. A moins que Me El Hadj Malick Sall ne viennent soutenir n’avoir été consulté par Moustapha Kâ et Samba Ndiaye Seck. Ce qui serait preuve d’une irresponsabilité de sa part.

Thiémokho BORE