Ultimate magazine theme for WordPress.

Présidentielle «annulée»…Macky précipite le pays entre les mains de l’opposition

0

Le Président Macky Sall a-t-il perdu son génie politique ? Cette question est dans la tête de nombreux sénégalais depuis samedi. Le chef de l’Etat a pris une décision unilatérale qui fait beaucoup de bruits. Il a tout simplement mis fin au processus électoral en cours. Il pense certes que cela pourra résoudre la crise institutionnelle dans notre pays. Mais il se trompe lourdement. Cette décision va causer plus de problèmes qu’il ne le pense. Et s’il y’a des personnes qui vont bénéficier de cette erreur du locataire du Palais, ce sont les membres de l’opposition.

macky

Comme déjà pressenti, le président Macky Sall a décidé de reporter le scrutin présidentiel du 25 février prochain ce, à seulement quelques petites heures du début de la campagne électorale. Dans un discours à la Nation prononcé, hier samedi, le chef de l’Etat sortant a évoqué une crise institutionnelle pour user des dispositions de l’article 52 de la constitution. Pour motiver davantage sa décision, il a aussi abordé la question de la bi-nationalité de Rose Wardini. Pour garantir une élection libre et transparente, le chef de l’État a décidé d’engager un dialogue national.

Contrairement à ce qui se dit, la présidentielle n’est pas reportée. Elle est tout simplement annulée. Le chef de l’Etat sénégalais a abrogé le décret portant convocation du corps électoral. Et il n’a pas fixé une date pour la tenue de la prochaine élection présidentielle. Il a seulement annoncé l’organisation d’un autre dialogue national, pour dit-il, la tenue d’une élection transparente. Mais qui va répondre à son appel ? Certainement pas cette opposition qui refuse sa décision unilatérale. Alors ce dialogue risque de se heurter au refus catégorique de la classe politique outrée par un report injustifié.

Cette décision prise par le chef de l’État n’est pas la bienvenue. Depuis son annonce, de nombreuses voix se lèvent pour exprimer leur indignation. Les membres de l’opposition sont contre toute idée de report. « Je suis outrée par cette décision prise par le Président. C’est une décision de la honte quelles que soient les explications apportées », a déclaré Anta Babacar Ngom. Déthié Fall parle d’«entorse insupportable de la démocratie». Plus radical, Khalifa Ababacar Sall parle de «coup d’État institutionnel». Suffisant pour cette opposition d’inviter les sénégalais à se mobiliser contre ce forcing du président.

macky
Anta Babacar Ngom lors de la Conférence de presse des candidats à la présidentielle

Le président Macky Sall vient ainsi rallumer la flamme de l’opposition. Depuis l’arrestation de Ousmane Sonko, l’opposition est en léthargie. Le leader de l’ex Parti des Patiotes Africains du Sénégal pour le Sénégal, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) a toujours porté les véritables combats. Il s’est toujours opposé à la volonté du président Macky Sall et son régime. Ce qui l’a poussé à se lancer dans le radicalisme. Neutralisé, le régime en place n’avait plus rien qui se dressait devant lui jusqu’à ce samedi.

Le report de la présidentielle fait sortir l’opposition de sa zone de confort. Si le PDS et les candidats spoliés dansent, les adversaires de Amadou Ba (les candidats validés) vont battre le macadam ce dimanche. Ils ont décidé à l’unanimité de débuter la campagne électorale à Dakar et dans les régions. Tous les militants se sont donnés rendez-vous afin de prendre part à une caravane. Cette décision pourrait pousser bon nombre de sénégalais à aller rejoindre une opposition qui peinent à s’affirmer. Et cela le Président Macky Sall en sera le seul et unique responsable.

macky

Depuis la fin de l’épisode Sonko, les sénégalais avaient tourné la page des manifestations. Plus personne n’entendait parler de descente dans les rues. En décidant de reporter cette élection du 25 février, Macky Sall vient de donner un os à ronger à l’opposition. Mais cette fois-ci, il risque de voir le peuple se dresser contre lui. Rien ne peut justifier cette décision de la dernière heure qu’il a prise. Il s’est basé sur des spéculations pour «annuler» une élection très stratégique pour le pays.

Cette décision du président Macky Sall est plus que terrible. Même Abdoulaye Wade n’avait pas osé franchir ce cap. Malheureusement, le mal est déjà fait. Mais la République peut être encore sauvée. Face à la menace qui plane, le chef de l’Etat doit vite fixer une nouvelle date. Car à partir du 2 avril, Macky ne sera plus en mesure de diriger le pays.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra