Ultimate magazine theme for WordPress.

Malick Wade Gueye : « Macky doit mettre fin aux injures des… »

Malick Wade Gueye, responsable de l'APR en Espagne
2

Dans une lettre ouverte, Malick Wade Gueye demande au Président Macky Sall de mettre fin aux insultes de ceux qui se disent activistes.

Excellence, Monsieur le président, faut mettre fin aux injures des soi-disant activistes.

Excellence, je vous l’avoue, les insultes des soi-disant activistes pour la plupart Casamançais doivent cesser pour de bon car elles accablent tout sénégalais de bonne foi. Ces insultes venant d’un ancien commissaire de police expriment la cruauté envers toute une jeunesse et tout un peuple qui a besoin de plus de paix et de cohésion sociale face à cette pandémie qui hante le sommeil du monde entier.

Ces insultes sont tout simplement une horreur que je considère comme le dernier degré d’indiscipline, de manque de respect et de brutalité à l’endroit de citoyens dignes et honnêtes dont le seul tord est d’être nommés par vous ou élus par les sénégalais.

Celui qui va se battre de gaieté de cœur pour ces dérives n’est à mes yeux qu’une bête sauvage qui s’efforce à détruire d’autres et, s’il reste le moindre sentiment naturel dans leur âme, je les trouve tous de très mauvaise foi.

Nous n’avons pas besoin d’insultes en ces moments ni de violences quelconques qui sapent notre quiétude rien que pour semer le Chaos de leur patrie, cherchant à exprimer leurs vœux vindicatifs qui braveront les remords des pétris de paix. La voix de tout un peuple s’élève et vous exige de mettre fin à tout ceci. Il est vraiment temps. Ces insultes deviennent par degrés cruels, insensibles  et destructrices de notre Nation et tendent peu à peu à installer l’instabilité au Sénégal. C’est tout simplement ce qu’ils cherchent.

Cet ancien commissaire sait bien ce qui est de droit, ce qui est permis et ce qui ne l’est pas dans une république. Mais il se joue de la vie de tout un peuple ayant élu démocratiquement un président. La punition d’avoir pu manquer de respect aux plus hautes autorités ne devrait pas tarder à se faire au prix de la faute pour la PAIX et la stabilité.

Que gagne t-il dans cette façon de s’opposer ? Son acolyte de Ousmane SONKO qui se croit tout permis, en pleine pandémie, lance dit-il des activités citoyennes en outrepassant les mesures barrières édictées par les professionnels de la santé.

Je crains seulement que notre jeunesse se confond à ces comportements rebelles pour leur emboîter le pas et de faire pareil. Mais fort heureusement, nous avons une jeunesse consciente. Non, les jeunes de mon pays, ne sont point faits pour cet odieux abrutissement; ce manque de respect à l’autorité doit cesser. Chers jeunes, redoutez ce chemin qui mène vers le chaos, vos âmes sont innocentes et saines; vous avez de très bons repères pour prôner la paix.

Vous avez tous élevé la voix suite aux attaques qui se sont déroulées en Casamance ces derniers jours. Cette partie du Sénégal a longtemps souffert : plus de 30 ans de conflit avec son lot de désolations, voilà ce qui devait préoccuper tout fils de la Casamance ( la PAIX), au lieu d’attaquer nos institutions et ceux qui les incarnent.

C’est pourquoi Excellence, veuillez freiner cette ardeur zélée de tout insulteur et fauteur de troubles qui voudrait détruire le Sénégal. Par un effort avec toutes les vertus humaines, arrêtez de grâce ces dérives pour mettre le Sénégal à l’abri.

Ces soi-disant activistes et opposants en font trop, et que trop c’est trop. Gouverner c’est prévoir, soyez encore plus ferme je vous prie au nom de la Nation afin de mettre fin à ça. Excellence, Monsieur le président, le peuple sénégalais vous soutient et Dieu est toujours du côté de la vérité. Ils essayent et commencent toujours par poser un premier acte d’où dépendra la suite par rapport à votre réaction. Si vous les laissez faire, ils iront au bout de leur logique qui est de vous empêcher de terminer votre mandat.

Il faut bien les corriger pour que ça cesse.

Fidèlement à vous.

Malick Wade GUEYE, depuis Marseille

Afficher les commentaires (2)