Ultimate magazine theme for WordPress.

« Mbao Fëss »…La culture au service de la commune

0

L’émigration clandestine est entrain de faire des ravages dans les familles sénégalaise.  Rien qu’à Mbao plus d’une centaine de jeunes ont pris le large. Pour lutter contre l’émigration clandestine et le péril plastique, l’association culturelle Diwane-G management et ses partenaires CISV/MIGRA ont initié le festival « Mbao Fëss ». 72 heures où la culture se met au service de la commune.

L’artiste Leuz Diwane G et Cie ont apporté  leurs pièces à l’édifice dans la lutte contre l’émigration clandestine.  A travers une énorme fresque murale, Diwane-G management invite les jeunes à rester chez eux pour participer au développement du Sénégal et particulièrement la commune de Mbao. « Thakhawou ndaw gni pour niou moytoul Gal yi » (Venir en aide aux jeunes pour qu’ils ne prennent pas les pirogues) ou « togue fi tekki fi » sont les messages envoyés aux jeunes à travers la culture pour arrêter ce suicide collectif.

Selon Babacar Gueye,  ,« Quand on dit aux jeunes de ne pas aller en mer il faut une alternative et ça c’est l’accompagnement de la politique de jeunesse à travers les financements, la promotion de l’insertion pour les jeunes », dit-il.

Urgence environnementale à Mbao

L’urgence environnementale est une réalité à Mbao. La commune est agressée de tous les bords. Il n’y a pas fort longtemps des centaines d’arbres ont été coupés dans ladite forêt, un des poumons verts du Sénégal, dans le cadre de la lutte contre les inondations à Keur Massar. Mais L’urgence de l’heure c’est le péril plastique.

Et pour lutter contre ce phénomène, Diwane-G management a trouvé la solution. Lors des 72 heures de Mbao, ils ont créé des « bancs écologiques » fait à partir de déchets plastiques qui ont été recyclés pour décorer une partie de la plage de Mbao. Leurs actions pour l’environnement  ne s’arrête pas à juste à ces trois jours.

Leuz Diwane-G et Cie nettoient régulièrement le marigot de Mbao et ses alentours. Ce pour aménager le cadre de vie des mbaois. Ils en ont profité pour interpeller le ministre de l’environnement et du développement  durable, Abdou Karim Sall, un citoyen de Mbao, et le maire Abdoulaye Pouye, sur l’urgence environnementale dans la commune.

À signaler qu’avec le contexte de pandémie et l’interdiction de rassemblement décrétée par le ministre de l’intérieur, beaucoup d’activités ont été reportées.

Aliou Ngom depuis Mbao pour Xibaaru

laissez un commentaire