Ultimate magazine theme for WordPress.

Mort programmée du PS…Explosion assurée au PDS

1

PS – PDS : Le temps est à la tourmente

Le Parti socialiste (PS) et le Parti démocratique sénégalais (PDS) ont ceci de commun. Ils ont été tous les deux au pouvoir. Cinquante ans de règne au Sénégal par le PS, douze ans pour le PDS. Les voilà tous deux plongés dans une crise. Et, cette crise n’a pour cause, tout bien pour le PS que pour le PDS, la guerre de succession.

Avant même qu’il ne perde le pouvoir, alors que la bataille pour le contrôle de son appareil, afin de désigner le successeur du Président Abdou Diouf, faisait rage, le PS enregistrait en son sein la démission de feu Djibo Leyti Ka et compagnie, ensuite excluait de ses rangs, Moustapha Niasse et ses partisans. Ce qui l’a davantage affaibli et conduit à sa perte du pouvoir. Une perte du pouvoir qui n’a pas été sans conséquence pour ce parti, avec les départs massifs de plusieurs de ses ténors, dont certains ont préféré créer leurs propres partis, d’autres par contre, ont rejoint le PDS, faisant de la transhumance.

Même si le PS a connu une période de stabilisation, et a pu supporter tous les coups reçus depuis qu’il a perdu le pouvoir, il se trouve à nouveau plongé dans une période de crise. Ce, depuis que Aïssata Tall Sall a défié sa direction, pour avoir osé se présenter au poste de secrétaire général face à Ousmane Tanor Dieng, et en déclarant sa candidature contre le Président Macky Sall. Et depuis que Khalifa Ababacar Sall et ses partisans qui eux aussi, ne voulaient plus du compagnonnage avec le Président Macky Sall. L’ancien maire de Dakar et ses partisans veulent aujourd’hui retourner au PS où ils espèrent détenir enfin les rênes après la mort de Ousmane Tanor Dieng dont la succession est ouverte. Ce qui n’est pas du tout gagné d’avance. Khalifa Sall est toujours en prison. Et des membres du bureau politique du PS ne sont guère décidés à lui faciliter la tâche pour obtenir le contrôle de leur parti.

Au PDS, la guerre autour de la succession de Me Abdoulaye Wade s’intensifie. Contrairement au PS, au PDS, c’est Me Abdoulaye Wade qui de son vivant, veut organiser sa succession, en confiant les rênes du parti à son fils Karim Meïssa Wade. Déjà, alors que le PDS était au pouvoir, Me Abdoulaye Wade s’était lancé dans une entreprise pour se débarrasser de tous ses lieutenants pouvant constituer un obstacle à l’ascension de son fils. Idrissa Seck a été le premier à en faire les frais, avant que cela ne soit au tour de l’actuel Président de la République, Macky Sall. Aujourd’hui, c’est Oumar Sarr et ses partisans qui en subissent les conséquences. Seulement, au PDS, alors que Me Abdoulaye Wade avait pensé s’être débarrassé de tous les obstacles, voilà que la fronde s’y installe. Au PS, comme au PDS, le temps est à la tourmente.

Thiémokho BORE pour xibaaru.sn

Afficher les commentaires (1)
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra