Ultimate magazine theme for WordPress.

Moustapha Diakhaté à la société civile : « Les élections n’ont pas à être inclusives »

0

« Élection inclusive » : une nouvelle baliverne de la société civile pour absoudre les turpitudes de Yewwi…par Moustapha Diakhaté

Les élections doivent se tenir dans le strict respect des dispositions de la Loi électorale.

Au Sénégal, une liste de candidatures est irrecevable lorsqu’elle est, entre autres, incomplète ou non paritaire comme c’est le cas de la liste proportionnelle nationale titulaire ou suppléante de Yewwi et de Bby.

La société civile sénégalaise se décrédibilise en parlant d’élections inclusives pour faire admettre, en toute illégalité, la liste nationale proportionnelle titulaire incomplète de Yewwi.

Les élections n’ont pas à être inclusives ou exclusives.

Aucun parti ou coalition ne peut participer à des élections en violation du code électoral.

La revendication d’une Société civile honnête, c’est d’exiger le respect du code électoral par toutes les parties prenantes du scrutin du 31 juillet 2022.

C’est faire preuve de manque de respect au peuple Sénégalais que de chercher par l’enfumage du concept « d’élections inclusives » pour absoudre les turpitudes de la Coalition Yewwi.

Les Législatives du 31 juillet 2022 concernent les huit listes de candidats avec le rejet de la liste des suppléants au scrutin proportionnel présentée par la coalition Bennoo Bokk Yaakaar et la liste des titulaires au scrutin proportionnel présentée par la coalition Yewwi askan pour le non-respect de certaines dispositions du Code électoral.

Il s’agit pour Bby de non-respect des dispositions relatives à la parité, tandis que pour Yewwi de non remplacement d’une candidate frappée d’inéligibilité.

Après la décision du Conseil constitutionnel, il n’y a plus de recours possible.

Curieusement, parmi les huit listes autorisées à participer aux élections législatives, il n’y a que Yewwi qui cherche à contourner la loi électorale et les décisions du Conseil constitutionnel pour absoudre ses propres turpitudes, par la terreur et le chantage à la violence.

La société civile sénégalaise doit respecter les décisions du Conseil constitutionnel qui s’imposent à tous. Elle peut certes les critiquer mais elles priment sur ses désirs ou volontés.

Le respect de l’autorité de la chose jugée est un principe républicain fondamental.

Vive le Sénégal !

Vive la République !

Moustapha Diakhaté

laissez un commentaire