Ultimate magazine theme for WordPress.

Ousmane Sonko liste les attaques contre Pastef

0

Ousmane Sonko est au coeur de l’actualité. Depuis que le leader du Parti des Patriotes du Sénégal, pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) a déclaré qu’il n’allait pas signer la charte de la non-violence, il est devenu la cible d’attaques venant de tout bord. Suffisant pour qu’il sorte de son silence.

Ce mercredi, Ousmane Sonko a tenu un point de presse pour répliquer. Le patriote en chef est revenu sur les attaques qu’il a subi avec son parti. « Rien ne peut se faire sans la paix », a lancé le leader de Pastef. Avant de se revisiter l’histoire. Selon lui depuis 2016 lui et son parti sont victimes d’attaques venant de la part du pouvoir.

« En 2016 j’ai été injustement radié de la fonction publique ça c’est une forme de violence. Le 6 octobre 2018, une militante de Pastef a été lâchement assassinée. Et quelques jours après son assassinat elle a subi des violences verbales venant des gens du pouvoir. Le 3 octobre 2018, mes partisans ont été attaqués par des personnes qui voulaient récupérer les fiches de parrainage. Ils ont même envoyé la gendarmerie chez ma maman pour récupérer ces fiches », déclare d’emblée Ousmane Sonko.

Le leader de Pastef est revenu sur les attaques subies par son cortège lors des élections de février 2019. « Le 4 février 2019, ma caravane a été attaquée par des nervis de Mansour Faye. Le 11 février, notre cortège a aussi été attaqué à Fatick par des nervis du ministre des Sports. Le 18 février notre cortège est attaqué à Aero Lao par des nervis de Mountaga Sy de l’Apix », liste Sonko.

Ousmane Sonko ne s’arrête pas en si bon chemin. Il est revenu sur les évènements du mois de mars. « Tout le monde a vu le 3 mars quand mon convoi a été attaqué alors que je devais déferrer à une convocation. Et cela s’est soldé par la mort de quatorze jeune. Et jusqu’à présent, aucune enquête n’a été faite. Le Procureur refuse d’ouvrir une instruction », se désole-t-il.

laissez un commentaire