Ultimate magazine theme for WordPress.

PDS…Karim Wade endort les libéraux avant les élections

Karim Wade, le candidat du PDS en exil doré au Qatar
0

Tous les partis politiques se préparent pour les prochaines élections prévues en 2022 et 2024. Ils ne lésinent pas sur les moyens pour espérer s’imposer lors de ses joutes électorales. Mais l’un des plus vieux partis du Sénégal est dans l’incertitude. Il s’agit du parti démocratique sénégalais (PDS). Les libéraux ne se sont toujours pas encore réveillés à quelques mois des locales. Les Wadistes devenus Karimistes ont misé tous leurs espoirs sur leur nouveau mentor, Karim Wade qui s’est exilé au Qatar depuis sa grâce présidentielle. L’ancien ministre du « ciel et de la terre » coincé par la loi est en train d’endormir ses partisans.

Le parti démocratique sénégalais va tout droit vers sa perte. Depuis que le fondateur du parti libéral, Abdoulaye Wade est gagné par l’âge, le PDS ne brille plus. On voit rarement ce parti dans les combats citoyens. Le parti de Wade s’oppose dans son coin. Ayant récemment réintégrer le Front de Résistance National (FRN) il est toujours sur la touche faute de leader pour porter les couleurs jaune et bleu. En effet, les libéraux ont tout misé sur Karim Wade qu’ils ont investi comme le remplaçant de Wade-père.

Alors que l’on s’achemine vers des élections, leurs espoirs risquent de se briser. Arrêté en avril 2013, Karim Wade est condamné deux ans plus tard en mars 2015 à six (6) ans de prison pour enrichissement illicite. Mais l’ancien ministre du « ciel et de la terre » ne purgera qu’une partie de sa peine car il sera gracié en juin 2016 par le Président Macky. Le jour de son élargissement de prison, il embarque dans un jet privé du procureur général de l’émirat du Qatar pour ce pays où il vit depuis.

Politiquement, il s’active toujours et souhaite perpétuer l’héritage de son père, fondateur et toujours secrétaire général du Parti démocratique sénégalais (PDS). Mais, sa condamnation est un boulet qu’il traine. La Loi n° 2018-22 du 04 juillet 2018 portant révision du Code électoral l’empêche de se présenter à des élections. Son dossier avait même été rejeté par le Conseil constitutionnel sénégalais.

Pour redonner un souffle d’espoir aux libéraux, les experts en charge de l’audit du fichier électoral avaient recommandé à la justice de permettre aux personnes ayant purgé leur peine ou ayant bénéficié d’une grâce de pouvoir retrouver leurs droits civiques, ce qui leur permettra de pouvoir s’inscrire à nouveau sur les listes électorales.

Mais le PDS se fait berner par Karim Wade. Comment expliquer que l’un des plus grands partis du Sénégal soit quasiment absent de la scène politique. Wade-fils qui joue avec l’intelligence de ses partisans se contente de lancer des communiqués depuis Doha pour souhaiter meilleurs vœux. Depuis son exil, il a peur de s’attaquer à Macky Sall. Les sorties de l’ancien ministre contre le régime en place sont très rares. Karim n’a pas la carrure nécessaire pour diriger un parti comme le PDS. Karim n’est Abdoulaye Wade et les prochaines élections le démontreront.

Un parti comme le PDS ne doit pas accepter de se noyer dans le luxe de Doha. Les grands responsables libéraux doivent prendre leurs responsabilités et sauver ce qui reste du parti démocratique sénégalais avant les élections. La commission nationale de préparation des élections locales chargée de faire des propositions et des recommandations qui permettront de définir des stratégies globales et locales en perspective desdites élections doit en être consciente et en informer le pape du Sopi.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire