Ultimate magazine theme for WordPress.

Présidentielle 2024 : Le S2C passe en revue les enjeux, défis et espoirs

0

Le Sénégal est en pleine période post-électorale. À moins d’un mois de l’élection présidentielle, tous les yeux sont rivés sur le conseil constitutionnel. Ce dernier a rejeté vendredi le dossier de candidature de l’opposant Ousmane Sonko. Une décision qui n’est pas du goût de ses souteneurs. D’ailleurs, il a lancé de vives débats dans le pays. Face au danger qui menace notre pays, le S2C (Sénégal à la croisée des Chemins) a organisé ce samedi, un panel autour du thème : « Élection Présidentielle de 2024 au Sénégal : Enjeux, Défis et Espoirs ».

IMG 20240107 WA0002

Ce rendez-vous a réuni de grands noms de la politique mais aussi d’éminents journalistes comme Issa Sall et Mamadou Omar Ndiaye. Le sujet a été introduit par les professeurs Ababacar Guèye constitutionnaliste, Maurice Soudieck Dione, Agrégé en Sciences Politiques et Alioune Tine fondateur d’Africajom Center. Les débats ont été modérés par le journaliste Ass Mademba Ndiaye. Ainsi, l’intérêt a été porté à la consolidation d’une nation sénégalaise, encore plus ressoudée, à la préservation d’un pays durablement pacifié et au renforcement d’un État de droit, républicain et démocratique.

IMG 20240107 WA0001

Prenant la parole, Ababacar Gueye de dire que l’élection de 2024 est particulière. «Elle est particulière pour plusieurs raisons. C’est la première fois dans l’histoire politique du Sénégal qu’un président sortant n’est pas candidat à l’élection présidentielle». Ensuite il y’a la «clé de la station présidentielle. Il n’y a jamais eu de candidats à la candidature d’une élection présidentielle au Sénégal. Ce constat de la pléthore de profils voulant diriger le pays est une réalité», dit le constitutionnaliste. Qui poursuit : « le processus électoral n’a jamais semblé aussi inféodé ou tout au moins confondu à des procédures judiciaires et administratives. L’administration a eu à jouer décisif dans la validation et l’invalidation de certaines candidatures. Et ça c’est inédit dans l’histoire politique du pays».

Le dernier point soulevé par Ababacar Guèye est le contexte dans lequel se déroule cette élection décisive. «on a l’impression d’assister à une révolution particulière. Parce qu’elle ne concerne pas uniquement le Sénégal. Mais elle concerne l’ensemble des Etats d’Afrique francophone. Dans ces États, il y’a une forme d’expression d’une rupture totale de l’ancienne puissance coloniale. On a l’impression que le cri de ralliement de la jeunesse africaine c’est : “rupture totale” avec la France», explique-t-il. Voilà le contexte dans lequel les Sénégalais doivent élire un chef d’Etat. Ainsi, le constitutionnaliste a dessiné le type de président que les Sénégalais attendent pour 2024.

IMG 20240107 WA0000

Ce président sera une personne «qui répondra aux préoccupations internes et domestiques des Sénégalais. Mais aussi devra jouer un rôle déterminant dans le cadre des relations internationales». Selon Ababacar Gueye, le prochain chef d’Etat devra aussi répondre à une question essentielle qu’on se pose depuis 1960 : “pourquoi le chef de l’Etat est-il toujours chef de parti” ?» Car, toujours selon lui, il faudra « aller vers une désolidarisation de la fonction présidentielle et chef de parti». Le constitutionnaliste de conclure : «la gouvernance sobre et vertueuse doit être effective avec le prochain président. Il devra aussi remettre le Sénégal sur les rails de la normalité».

Pour sa part, Alioune Tine est resté sur sa position. Selon lui, le dialogue est la seule voie pour avoir une élection apaisée. «L’insurrection ça ne paie pas toujours», finira par dire le droit de l’hommiste. Mais cette pensée, il aurait sûrement dû la partager avec Ousmane Sonko qui a toujours était sur la voie de la défiance.

IMG 20240107 WA0003

Pour sa part, Abdoulaye Fofana Seck, coordonnateur du mouvement S2C (Sénégal à la croisée des Chempour, est revenu sur l’importance et la solennité de ce panel à la veille d’une élection aussi stratégique. Mais le journaliste a précisé que leur mouvement n’était derrière aucun parti et ne soutenait aucun leader politique.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra