Regardez le calvaire de Samir Nasri en…Belgique

Recrue vedette d’Anderlecht, Samir Nasri vit un début de saison pour le moins compliqué. À l’image de Mauves en souffrance comme en témoigne leur 13e place au classement de la Jupiter League.

Les matches se suivent et se ressemblent pour Anderlecht. Dos au mur après les deux défaites consécutives concédées à la suite face à Antwerp puis à Bruges, le club bruxellois n’a pu faire mieux, dimanche, qu’un match nul et vierge (0-0) face à Beveren. Une nouvelle contre-performance qui vaut aux Mauves d’occuper une peu glorieuse 13e place avec seulement six points et une maigre victoire après neuf journées. Ce match sans but aidant, les troupes de Vincent Kompany sont même entrées dans les annales du club en n’affichant que six buts en neuf journées. Une disette encore jamais vue dans la glorieuse histoire du RSCA.

Les spectateurs du Parc Astrid n’ont sans surprise guère goûté le spectacle proposé, exprimant leur colère à coup de «Honte sur vous.» Une réaction bien compréhensible aux yeux de Samir Nasri, qui n’a d’ailleurs pas hésité à aller discuter avec les supporters à l’issue de la rencontre. « Ils nous ont dit que ce n’était pas normal de faire (0-0) contre Beveren. Ils commencent à en avoir ras-le-bol que les résultats ne suivent pas, a-t-il expliqué à La Dernière Heure après le match. Je les comprends. Ils disent la vérité. Je suis né à Marseille et j’étais supporter du club de ma ville. L’OM et Anderlecht, c’est pareil, ce sont les plus grands clubs de leur pays. Les attentes sont énormes et c’est normal d’avoir des supporters frustrés après des matches comme ça. »

C’est juste frustrant

Recrue phare du dernier mercato estival, Samir Nasri, débarqué dans les valises de son ancien coéquipier Vincent Kompany, est sans doute l’un des meilleurs symboles de ce début de saison raté. S’il s’est plutôt montré à son avantage, dimanche, contre Beveren, ses précédentes prestations étaient le plus s’ouvrent catastrophiques. La faute notamment à une condition physique pour le moins précaire. A tel point, selon la presse belge, que les dirigeants bruxellois, effarés par ses résultats aux tests médicaux, n’ont pas hésité à lui fixer un ultimatum en l’enjoignant de perdre trois kilos en deux semaines s’il souhaitait retrouver l’équipe première. Objectif rempli pour le Français, qui avait fait son retour en Coupe de Belgique durant la semaine.

A son aise face à Beveren, le Marseillais assurait par ailleurs ne pas s’inquiéter outre-mesure de la crise de résultats des Mauves. « J’aurais été inquiet si on n’avait pas d’occasions. Elles sont là mais on ne les met pas au fond. Nous ne sommes pas assez tueurs dans les surfaces. La leur comme la nôtre. Au milieu, on est top. On maîtrise le ballon, on sait jouer mais on a un gros souci pour tuer les matches, a-t-il en effet analysé. C’est juste frustrant, ce genre de match. Tu mérites de gagner mais au final tu rentres chez toi avec un 0-0, tu ne sors pas de la zone dangereuse et tu n’es pas à la hauteur de tes ambitions. Le prochain match arrive très vite et il faut gagner. » De bonnes intentions à mettre en pratique.