Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal, pays en danger…Machettes du Nord, rebelles du Sud, insulteurs du prési

0

« Mon pays va mal, de mal en mal. Avant, on ne parlait pas de nordistes ni de sudistes
Mais aujourd’hui, tout est gâté »…Ainsi chantait Tiken Jah Fakoly.

Et pour la première fois au Sénégal, un député peulh appelle sa communauté à « prendre les machettes pour défendre la candidature du président Macky Sall à un troisième mandat en 2024 ».

sénégal
Le député Aliou Dembourou Sow avait lancé un appel pour défendre un troisième mandat du président avec des machettes

Et ce n’est pas tout puisque le mot « rebelle » fait son apparition dans des manifestations publiques organisées par des partis politiques. Et tout ceci sur fond d’appel à l’insurrection par un parti radical qui demande à déloger du Palais le président de la république…

sénégal
Le maire de Ziguinchor apelle à l’insurrection et à déloger le président du palais

Toutes ces violences verbales sont les œuvres des politiciens. Une opposition radicale recomposée par le rassemblement de plusieurs coalitions (Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal) dont les idéologies diffèrent fait face à un parti au pouvoir dont le leader a décidé de réduire ladite opposition à sa plus simple expression. Entre forcing de ceux qui veulent conquérir le pouvoir et la détermination des gouvernants de se maintenir au pouvoir, le peuple est pris dans l’étau d’une violence politique jamais observée au Sénégal…

Face aux dérives répétées des politiques et des autres qui se réclament activistes ou autres adeptes des insultes et autres insanités, le Sénégal est en train de sombrer. L’insulte, les calomnies et les menaces commencent à être ériger en règle.  Il ne se passe pas un jour où l’on entend où l’on ne voit un citoyen sénégalais sortir des mots que le moral interdit. Et malheureusement ce sont ces gens-là qui font le buzz où sont portés en triomphe.

sénégalA paris, le protocole a failli mais aussi à la place de la Nation ex Obélisque, les organisateurs ont failli.

Comment est-on arrivé à un niveau aussi bas en matière de sécurité et de protocole présidentiel jusqu’à permettre à un individu qui n’a comme mérite que d’insulter l’institution la plus haute du pays, le président de la République ? S’il avait l’intention de faire du mal, qui l’aurait empêché ?

Autant d’interrogation que l’on peut se poser.

Même les conseillers du président ont aussi une part de responsabilité dans cette affaire.

Sur le cas du marabout politicien, les organisateurs de la manifestation ont commis une erreur grave car sachant que le rassemblement était largement suivi, il leur fallait une rencontre de briefing pour harmoniser les communications. Mais comme l’insulte et l’arrogance sont les choses les mieux partagées dans ce Sénégal de Lat Dior Ngoné Latyr Diop et Alboury Birame Penda Ndiémé, alors les leaders de Yewwi ont laissé faire.

Être président ou Maire ou Député ne vaut pas de basculer dans une violence verbale ou physique et par conséquent, les politiciennes et politiciens doivent savoir raison gardée.

De nos jours, on assiste à des scènes de violence dans les discours des hommes politiques.  Une image peu reluisante qui si elle est copiée par notre jeunesse en manque d’idées et en panne d’inspiration, risque de basculer notre pays dans des lendemains sombres.

La jeunesse sénégalaise véritable chair à canon de l’opposition comme du pouvoir, doit se ressaisir avant qu’il ne soit trop tard.  Les 14 victimes des émeutes de mars 2021 sont rangées aux oubliettes et seuls leurs parents se rappellent de leur existence.  Personne d’autre n’en parle plus ou peu. Une raison pure et simple qui doit permettre aux jeunes de revoir leur comportement et leur intention.

En tout état de cause, les politiciens sont en train de polluer l’atmosphère jadis paisible de notre pays qui était surnommé le pays de la Teranga mais avec l’attitude des politiques, même les étrangers qui souhaitent découvrir le pays, revoient leur ambition ou se tournent vers d’autres horizons plus cléments et moins compliqués.

A quelques encablures des élections législatives, il y a de l’électricité dans l’air.  Et par conséquent tout le monde est interpellé surtout les chefs religieux qui doivent faire valoir leur droit de régulateur social avant qu’il ne soit trop tard.

Abdou Marie Dia pour xibaaru.sn

laissez un commentaire