Senelec…La CSA prête à faire face à AKILEE et ses Lobbies

Contrat SENELEC – AKILEE : La CSA livre les dessous d’un scandale

La situation à la SENELEC demeure fortement marquée autour du contrat lié à cette société et AKILEE. Qu’est ce qui se cache derrière cette nébuleuse. Le Syndicat unique et démocratique des travailleurs de l’énergie (SUDETEN) affilié à la Confédération des syndicats autonomes (CSA) apporte un éclairage sur la question dans une déclaration que nous reproduisons en intégralité

La situation de la Senelec est marquée par une politique de désengagement et de désintégration avec le transfert et l’externalisation des principales activités à de nouvelles entités (PROQUELEC, AKILEE, EXCELLEC, etc…) alors qu’il n’est démontré nulle part que cela signifie plus de performances dans les résultats et la baisse des coûts d’accès à l’électricité.

Parmi ces contrats, celui d’Akilee suscite beaucoup d’interrogations et d’incompréhensions de la part des travailleurs. Ce contrat est établi en faveur d’une entreprise qu’on nous a présentée comme étant au départ une filiale mais, à l’arrivée Senelec ne détient qu’une participation dite minoritaire de blocage de 34% sur le capital.

Cette participation de Senelec égale à plus de 300 millions de FCFA versés par Senelec sur un capital de 882,4 millions du capital d’Akilee ne devrait pas autant peser si le restant du capital estimé à plus de 582,4 millions soit 66% étaient intégralement versés par les autres actionnaires dont nous aimerions bien savoir qui ils sont. Parce qu’on dit que ce qui est censé être une Start up donc une petite affaire naissante au capital de plus de 882 millions semble n’exister que pour Senelec et déclare urbi et orbi que la remise en cause de ce contrat signifie son arrêt de mort. Il y a assurément à s’interroger comment Senelec en si petite position de minorité puisse autant compter pour la vie de cette dite “Start up” ?

Comment Senelec peut-elle dépenser autant en argent, matériels et ressources humaines pour ne récolter que la part congrue des bénéfices, si bénéfices il y a ? De là à nous interroger sur qui sont les véritables bénéficiaires de ce grossier montage juridico financier maquillé par un saupoudrage technologique il n’y a qu’un pas que nous allons franchir aisément. Ceci dit parlons de quelques aspects du contrat.

Dans le préambule du contrat, on parle d’EDF, d’absence de stratégie de la Senelec, de compteurs intelligents ou communicants, de facilitation de l’exploitation de la distribution, de mise à niveau de leviers pour optimiser les investissements, de performances techniques jamais égalées etc…c’est comme si rien n’a été fait auparavant alors que dans chaque domaine la Senelec a une expérience avérée et reconnue par tous à travers des projets qui ont ciblé une certaine clientèle.

De grandes largesses injustifiables sont offertes à Akilee sur une dizaine d’années avec la mise à disposition par Senelec des moyens financiers, matériels, humains, logistiques, des assurances de paiements et de rémunérations fixes et variables non plafonnées en contrepartie de l’utilisation d’un logiciel de mesures des pertes d’énergie.

Aujourd’hui plus que ce logiciel c’est plutôt le métier d’acheteur de compteurs intelligents avec un profit d’un euro par compteur, nous a-t-on dit que Akilee s’est spécialisé. Faites le calcul de 655,957 FCFA multiplié par de centaines de milliers de compteurs à acheter. Senelec devient dans cette hypothèse un faiseur de milliardaires à la barbe du client et du contribuable.

Rien dans l’argumentaire avancé, même l’hypothèse d’une future cession de 5% du capital d’Akilee au personnel (décidé par qui, quand, où et comment ?) ne saurait faire admettre la légitimité de ce contrat faramineux à une entreprise novice.

Ensuite comment Senelec peut-elle accepter de confier pour une durée de dix ans ; avec un contrat de 187 milliards, toute sa stratégie de comptage à Akilee avec les changements très rapides dans le domaine des intelligences artificielles (IA) ?

Quelle vision, quelle stratégie, quelle étude sérieuse au plan scientifique, économique et financière a été produite pour justifier l’émission de ce bon de commande de 10 ans à l’ordre d’Akilee en un temps aussi bref ?

Quel bilan a été fait sur l’ensemble des projets de comptage avec le financement de la banque mondiale et l’AFD pour l’achat de compteurs intelligents, de fournitures et accessoires, sans compter les projets tels que le SIG (système d’information géographique) ainsi que les projets RECORD et l’IDMS en cours ?

Quels sont les résultats obtenus au niveau du Transport après l’équipement de tous les postes en système numérisé pour le recueil des données et au niveau de la distribution pour les postes sources ?

Concernant la problématique sur les pertes non techniques, il s’agit simplement de faire de bons investissements pour les comptages dans les postes et recueillir des données fiables pour lutter efficacement contre ces pertes.

Non ! Pour lutter contre les pertes nous n’avons point besoin d’externaliser cette activité et de dérégler toute la chaîne même si le taux de perte est de 17% ?

Le comptage ne pourra que donner les informations, il faudra après s’organiser pour neutraliser les fraudeurs. En réalité le problème de la fraude est plus accentué sur les réseaux clandestins que sur des clients structurés (C’est pourquoi Senelec avait choisi de mettre chez les industriels des compteurs Intelligents)

Aussi, nous nous inquiétons car nous ne connaissons pas Akilee comme constructeur, par conséquent s’il prétend apporter de nouveaux compteurs, il sera seulement un intermédiaire et cela peut s’avérer dangereux pour la continuité de l’exploitation.  Également dans les projets d’acquisition de compteurs, Senelec peut inclure une clause de transfert de technologie pour adapter ses compteurs à ses besoins.

Le contrat offre à une exclusivité de traitement à Akilee, cette clause est un danger pour Senelec, surtout en son article 3 où, Akilee est censé établir et modifier les configurations des compteurs à distance ce qui est une porte ouverte à des pratiques non orthodoxes.

La kyrielle de facilités accordées à Akilee à travers les obligations de Senelec est tout simplement un scandale qui frise le holdup : mise à disposition du personnel technique (installations des compteurs et équipements), mise à la disposition de l’infrastructure de stockage des données, mobilisation de toutes les ressources requises pour mettre en œuvre les orientations données par Akilee, assurance du stockage de l’ensemble des équipements accessoires livrés par Akilee ainsi que leur sécurité et leur intégrité physique entre autres et le financement des comptages déjà effectué avec le PASE, à contrario Akilee se charge de livrer le système, faire la pose des compteurs (par des agents Senelec) , mettre en place un centre de supervision etc….

Par ailleurs Akilee prétend pouvoir améliorer le fonctionnement du Réseau Electrique et permettre à Senelec de réaliser des économies substantielles. A cet égard, le projet devrait permettre à Senelec de récupérer environ 345,4 milliards sur un potentiel de 1273,4 milliards sur la période 2019 -2028. Ces projections ultra optimistes sont faites sans dire comment et avec quels moyens (financés et fournis par Senelec ?) elles seront réalisées ?

Bref nous notons plus des professions de foi de la part d’Akilee qui ne sont que des intentions (c’est-à-dire des desseins délibérés d’accomplir), que des études concrètes pour mettre en œuvre ce programme.

Le comble est que c’est Senelec qui, de par les résultats obtenus, réservera une part fixe des gains pour le remboursement de tous les investissements ainsi que les coûts d’exploitation associés à la prise en charge du service.

Que dire de l’article 6 qui dit que l’intégralité des plans, documents, logiciels informatiques en ce compris le SIA, ainsi que l’ingénierie et les autres données fournies ou devant être fournies par Akilee dans le cadre du contrat devront rester la propriété d’Akilee ?

Au moment où l’Etat du Sénégal a beaucoup investi dans le secteur de l’électricité à travers son programme du Plan Sénégal Émergent (PSE) pour améliorer considérablement la situation de Senelec et permettre l’accès universel à l’électricité et que la clientèle souffre et proteste contre le réajustement des tarifs, des lobbies s’activent par tous les moyens pour faire main basse sur les acquis obtenus grâce à l’abnégation et aux sacrifices des braves travailleurs.

Nous ne saurions accepter cette arnaque orchestrée par des comploteurs qui ne s’intéressent qu’à leurs intérêts au détriment de Senelec et de la clientèle. Nous ne ménagerons aucun effort pour la préservation de l’intégrité de Senelec face à la cupidité de certaines autorités.

La raison d’être du SUDETEN est la lutte pour la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs qui passe forcément par la défense de l’emploi et l’exigence d’une gestion saine et vertueuse de l’entreprise.

Pour éviter toute rupture d’approvisionnement de compteurs et le respect du contrat de performance nous demandons à l’Etat de permettre Senelec de commander tout en se conformant aux procédures du code des marchés.

Par conséquent le SUDETEN demande l’arrêt de cette combine et exhorte les autorités étatiques à suspendre et à ouvrir une enquête pour avoir toutes les informations afférentes à ce contrat avec Akilee pour pouvoir prendre la bonne décision ; et nous ferons face aux comploteurs et aux lobbies tapis à l’interne comme à l’externe de Senelec qui commencent à s’agiter pour défendre Akilee.

Le plus cocasse dans cette sombre affaire c’est l’aval apporté par certains directeurs de la Senelec qui avaient défendu le contrat AKILEE au détriment de Senelec. Pourquoi et à quels desseins ?  Ces responsables doivent assumer pleinement leurs actes. Nous insistons pour savoir qui sont les actionnaires non divulgués d’AKILEE.

Notre patriotisme d’entreprise, nos principes et valeurs d’indépendance syndicale, de lutte pour la transparence, l’éthique et la déontologie nous interdisent de croiser les bras devant des dérives de cette nature.  Au-delà de la simple dénonciation, il est un devoir impérieux de s’y opposer par les moyens et méthodes légaux à notre portée.

Nous demandons aux travailleurs de rester vigilants et de se mobiliser pour défendre Senelec.  « Senelec doit demeurer un bien Public »

  Le SUDETEN