Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko a peur du procès…Il va envoyer ses jeunes mourir pour lui

2

Sonko est rattrapé par l’affaire Adji Sarr qu’il a toujours minimisée. Il avait fait reculer l’État et sa force lors des émeutes de mars 2021. Aujourd’hui en 2023, à l’annonce du renvoi de son affaire devant la chambre criminelle, Ousmane Sonko se retrouve devant son « armée » pour appeler à la résistance. C’est lui qui avait voulu du procès en refusant de répondre aux questions du doyen des juges. Et maintenant que le doyen des juges s’est prononcé, Ousmane Sonko veut rééditer les émeutes de 2021. Et son discours d’hier est un appel à la résistance…Mais une résistance farouche. En un mot, Sonko appelle ses jeunes à mourir pour le défendre (vidéo ci-dessous).

sonkoA quel jeu se livre Ousmane Sonko ? Dès qu’il a été annoncé le renvoi de son affaire avec Adji Sarr devant la Chambre criminelle, Ousmane Sonko rue dans les brancards, fait des menaces à peines voilées au Doyen des juges d’instruction, Oumar Maham Diallo, utilise la carte du régionalisme à nouveau pour diviser une partie de la population contre une autre, et essaye d’utiliser les jeunes pour les lancer dans la rue et créer des émeutes…

A Oumar Maham Diallo, Ousmane Sonko l’accuse d’être « un politicien partisan qui avait déjà pris position avant même d’avoir hérité du dossier ». Pour mieux ternir l’image du Doyen des juges d’instruction qui selon lui a été nommé selon des critères de liens de parenté et de régionalisme, il poursuit : « Il faut que tous les Sénégalais sachent qu’ils sont en danger, car dès que la commande politique tombe, toute preuve apportée sera passée sous silence ». Et c’est finalement pour avertir : « Que ces juges sachent qu’ils rendront compte de leurs actes »…

Ousmane Sonko se lance dans des menaces, lorsqu’il soutient : « À tous les Sénégalais, ce que j’avais dit en 2021, et je le réitère j’ai toujours invoqué mon droit légitime constitutionnel à la résistance et jusqu’à la fin de ma vie je résisterai, personne ne peut m’empêcher s’il plaît à Dieu d’être candidat en 2024 et je ne vois pas le juge qui va me condamner à 5 ans d’emprisonnement dans ce dossier-là ».

« Droit à la résistance », le mot est lâché, Ousmane Sonko ne veut pas d’un procès dans l’affaire qui l’oppose à Adji Sarr. Il est prêt à tout pour empêcher sa tenue, quitte à appeler les jeunes à descendre dans la rue. C’est pourquoi, il évoque son droit à la résistance. Il a peur d’un procès. Ousmane Sonko sait mieux que quiconque qu’un procès est un danger pour lui. Cela mettra un terme à sa carrière politique….

Oui, lors du procès, Ousmane Sonko a peur des preuves de Adji Sarr, surtout des vidéos que cette dernière détient. Si ces preuves sont apportées, ce sera sa réputation qui va être définitivement ternie aux yeux de l’opinion. Chacun découvrira alors toute la vérité sur cette affaire. Visiblement, Ousmane Sonko agit pour que toute la lumière ne soit faite sur cette affaire. Il va même jusqu’à décréter que c’est le non-lieu qui doit être accordé. Comme, si c’est lui qui décide à la place de la justice.

sonkoSonko et le chantage du sang

Ousmane Sonko est prêt à tout pour empêcher la tenue d’un procès avec Adji Sarr. Et, il veut instrumentaliser les jeunes pour que ce soient eux qui vont jouer le rôle de chairs à canon. Il demande aux jeunes de verser leur sang dans la rue pour le défendre. il dit aussi qu’il a beaucoup fait fait pour ces jeunes et ces derniers doivent le lui rendre en allant verser leur sang dans la rue…Il sait très bien ce qui pourra se passer, si ce qui s’était passé en 2021 va être réédité. Mais peu importe pour lui : ses ambitions politiques passent avant tout. Quitte à ce que du sang soit versé.

Papa Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn

Afficher les commentaires (2)