Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko pousse le peuple sur la voie du chaos…

0

Les sorties médiatiques de Ousmane Sonko sont catastrophiques et inquiètent de jour en jour. Les discours du leader du parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) se radicalisent de jour en jour. Et sa dernière sortie ce vendredi l’atteste. Le député cité dans une affaire de viols présumés s’est prononcé sur l’affaire des nervis qui défraient la chronique ses derniers jours. Il a tout mis sur le dos du régime actuel avant de lancer les prémices de la seconde vague.

Ousmane Sonko toujours sur la voie de la seconde vague

Ousmane Sonko n’a pas encore renoncé à son projet de seconde vague. En conférence de presse ce vendredi, il s’est exprimé sur l’affaire des nervis qui fait l’actualité depuis le début des tournées économique du président Macky Sall. Le leader de Pastef, très remonté, a accusé le président de la République, Macky Sall. « Les nervis sont l’illustration la plus parfaite de la faillite de l’Etat du Sénégal », a déclaré Sonko. Qui est même allé jusqu’à traiter le Chef de l’Etat « d’apprenti-terroriste ».

Ousmane Sonko, connu pour ses discours imprégnés de menaces, a appelé les forces de défense et de sécurité à prendre leurs responsabilités et à arrêter les nervis. Sinon, il appelle le peuple à organiser sa défense et riposter. Un discours digne d’un va-t-en-guerre qui nous rappelle son appel à la résistance du mois de mars dernier qui avait conduit à la mort de plus de douze (12) jeunes.

Ousmane Sonko est-il gendarme ou policier ? Détient-il le pouvoir de faire justice ? Sa nouvelle sortie n’est pas partagée par tous les sénégalais. « N’importe quoi ! ce n’était pas plus facile de dire aux gens qui attaquent les cortèges d’arrêter », lance un internaute sur Facebook. Après les violentes émeutes du mois de mars et le discours fédérateur du Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké, Sonko devait s’abstenir de tenir des discours violents.

Nervis ou forces occultes…un danger né de l’affaire « Sweet beauty »

Depuis l’éclatement de l’affaire « Sweet beauty » dans laquelle le leader de Pastef est accusés de viols présumés par la masseuse Adji Sarr, notre pays est en proie à la violence. Des expressions nouvelles dangereuses ont vu le jour. Les mots « forces occultes », « nervis » et « ethnies » sont de plus en plus au centre des débats. Lorsqu’ils ont évoqué, ils renvoient toujours à des scènes de violences qui ont déjà fait des morts. Et les discours de Sonko n’arrangent pas les choses car ils appellent à la résistance physique.

S’il y’a des nervis présents dans le pays, c’est aux forces de l’ordre de les arrêter et de les trainer en justice. Nul n’a le droit de faire justice soi-même. Personne mieux que Ousmane Sonko devrait comprendre cela, lui le candidat qui aspire à diriger le pays,. S’il veut avoir une chance d’occuper le fauteuil présidentiel, il se doit de revoir sa communication qui laisse à désirer.

Aliou Niakaar Ngom

laissez un commentaire