Ultimate magazine theme for WordPress.

Souleymane Diallo de l’APR France dénonce le…

Dr Souleymane S. Diallo, secrétaire chargé des élections APR France
0

Le Sénégal, nouvelle terre de populistes en herbe

« Le populisme est un enfant de vieux, le triste rejeton des derniers réalistes ; c’est encore un essai pour tirer son épingle du jeu ». J.P. Sartre

Chez nous, depuis un long moment, le discours populiste est en plein vogue. Certains politiques, des candidats battus et d’autres leaders d’opinion, essayent à travers la démagogie, les subterfuges et le patriotisme débridé, d’obtenir leur moment populiste dont ils rêvent tant. Les populistes n’ont jamais été fascinés par l’idéal démocratique. Les règles démocratiques dont ils ne cessent de contester et le sentiment national qu’ils instrumentalisent à outrance sont uniquement des moyens pour arriver à leur seul objectif personnel. L’histoire foisonne d’exemples et nous rappelle qu’en 1933, le Führer avait berné le peuple allemand sur fond de démagogie et d’amalgames pour prendre le pouvoir, ensuite massacrer des millions de personnes et changer à jamais le destin de certaines nations. C’est pourquoi, son expansion, liée à une perte de repères et du sens des choses, est source de profonde inquiétude.

Au Sénégal, l’État postcolonial, fondé sur les règles de droit, s’efforce depuis des décennies à consolider la démocratie, dans un espace régional où le modèle politique était celui des démocraties populaires et des régimes autoritaires aux accents populistes.

La démocratie, volonté du peuple souverain et forme moderne de gouvernement la plus achevée, nous permet de vivre dans la paix et de donner à tout un chacun la possibilité d’exercer ses droits, ses devoirs et ses libertés dans le cadre fixé par la loi.

Les populistes d’hier comme ceux d’aujourd’hui se présentent comme de vrais démocrates, de vrais patriotes, de vrais résistants, alors qu’ils font toujours preuve de brutalité, de violence, de non-respect des lois et libertés individuelles et sont obsédés par le pouvoir. Ils ont pour coutume de se replier sur eux, de rejeter le monde extérieur, de dénigrer les autres cultures, religions et de prôner le nationalisme agressif. Dans certains pays du vieux continent, qui vivent leur moment populiste, immigrés légaux et illégaux sont devenus les boucs émissaires de cette Europe confrontée à de multiples crises. L’immigré devient ainsi le responsable de tous les maux de la société. On peut tout dire sur lui sans être inquiété. Le discours portant sur la haine raciale est décomplexé et tend, dans certains cas, à être légitimé par les pouvoirs publics. En vérité nous vivons l’époque du Bio politique, où des individus visés par les mesures exceptionnelles font partie d’une culture spécifique et sont désignés comme source potentielle de danger, par conséquent, sont traités comme des profiteurs et/ou des ennemis à surveiller. La figure de l’étranger ou de l’immigré reste un élément important dans cette construction à la fois idéologique et démagogique. Chez nous, ils sont nombreux, ces populistes en herbe, qui utilisent le même type de discours dans un décor différent : dans leur complainte, l’autre est accusé de vouloir piller toutes nos ressources, de conspirer contre le peuple, d’affaiblir l’économie, de détruire nos emplois, d’être responsable, finalement, de notre situation de sous-développé.

Leur point commun est de vouloir réunir tous les protestataires, les antisystèmes, les déçus, les altermondialistes et les anti-immigrés.

Les populistes présentent une grande diversité et ont une vision simplifiée de la société. Les élites, dont ils font partie, sont opposées au peuple, victime des turpitudes des gouvernants dans leur entendement. Pourtant ils font partie des élites et du système car Ils ont été éduqués pour la plupart d’entre eux à l’école de la République, ont servi l’État  et ont été élus à l’Assemblée nationale ou au niveau local.

Grands pourfendeurs de tat de droit, ils ont très souvent une attitude antirépublicaine vis à vis de la Justice, en voulant contester sa légitimité et ses missions. Ils ont leur sens de la justice et de la morale. Paradoxalement, même s’ils sont pris dans des faits de corruption ou en flagrant délit de mensonge, ils n’en sont pas forcément discrédités. Ils peuvent affirmer une chose et son contraire, d’un mouvement, sans gêne, ni remords.

En France, par exemple, certains hauts responsables de l’extrême droite, se réclamant hors système, ont été poursuivis pour avoir bien profité du système qu’ils dénoncent, en détournant, en abusant des biens sociaux, à travers différents stratagèmes. Combien de fois, leurs dirigeants, cités dans des affaires, ont rechigné à répondre aux convocations des juges et autres instances de la République ? En 2017, Marine Le Pen refusa de se rendre à la convocation du juge d’instruction dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs d’assistants FN au Parlement européen en donnant des arguments presque moqueurs.

Au Sénégal aussi, le député O. Sonko n’a-t-il pas refusé de déférer à la convocation de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire relative aux 94 milliards ?

Derrière le discours de madame ou monsieur propre, il y a toute une pratique contraire à l’image véhiculée et mise en scène devant les caméras.

Le populisme mène souvent au chaos, à la destruction et crée toujours un climat délétère, car on oppose les différentes couches de la population, on surfe sur la démagogie, sur le patriotisme et sur les balivernes, pour que les uns s’en prennent aux autres, physiquement, verbalement et moralement. Tous les moyens deviennent ainsi nécessaires pour amplifier la tension sociale, pourrir le débat démocratique, insulter les élites, verser dans le conspirationnisme et la suspicion.

En réalité, les « théories du complot permettent de diaboliser les élites » nous rappelle P.A. Taguieff et de les accuser de trahir le peuple avec le soutien des oligarchies et puissances étrangères.

L’idée du complot permanent les pousse de plus en plus à vouloir remettre en cause certains fondamentaux de la démocratie, à défier l’autorité de l’État et à contester même la légitimité du président de la République, élu proprement et démocratiquement avec plus de 58 % des voix.

Nous sommes là aux confins de la démocratie.

Au sein de la classe politique sénégalaise, ils ne cessent de crier sur tous les toits que les députés sont trop payés. Pourtant tous les députés ne sont pas logés à la même enseigne, oubliant au passage que la démocratie n’a pas de prix. La culture de l’antiparlementarisme et leur mépris des corps intermédiaires, fortement répandus dans leur subconscient, participent largement à saper les fondements de notre démocratie.

In fine, les populistes trouvent un espace d’épanouissement dans les situations de changement voire de crise, en faisant leur promotion sur les problèmes des autres. Le peuple ne les enchante guère. Seul le pouvoir les intéresse et pour cela, ils sont prêts à tout.

Dr Souleymane S. Diallo, chercheur, secrétaire chargé des élections APR France

laissez un commentaire