Ce ministre conseiller de Macky au chevet des retraités de Biscuiterie

Travailler à une meilleure prise en charge des retraités démunis de la Commune de Biscuiterie (Dakar).Voilà une profonde préoccupation du Professeur Arona Coumba Ndoffène Diouf. Pour ce faire, le Ministre Conseiller auprès de son Excellence Monsieur le Président de la République  Macky Sall vient d’initier le Programme d’Entraide Sociale pour les Retraites(PENSOR).Il consiste à faciliter le ravitaillement mensuel en denrées alimentaires pour les «Jeunes premiers» (retraités) et veuves de sa localité de Biscuiterie.

Des retraités de la commune de Biscuiterie ont répondu massivement à l’appel

Lors du lancement officiel de cet ambitieux programme, ce week-end, le petit-fils du défunt grand souverain Buur Sine Coumba Ndoffène Diouf, dira : « Le Président de la République Macky Sall nous a montrés le chemin de par ses initiatives, somme toute, dignes de gloire à l’intention des couches les plus démunies du Sénégal. Ainsi, en mettant en place ce programme salvateur, nous voulons répondre à son appel… du devoir. Nous sommes sensibles au sort de ceux qui étaient, des années durant, au service de notre cher pays mais qui sont, aujourd’hui, en retraite et sont confrontés souventefois à d’innombrables problèmes de vie, voire de survie », a-t-il fait savoir, avant de revenir sur les modalités d’octroi de ces aides : «Nos équipes ont fait le tour de la localité pour avoir une meilleure intelligence des difficultés de certaines familles. Elles ont été bien répertoriées sur l’ensemble des 21 quartiers que comprend la Commune de Biscuiterie. Chaque fin du mois, chaque chef de famille sélectionné ou veuve recevra 1 sac de riz (50 Kg), 1 bidon de 10 litres d’huile, 5 Kg de sucre. Ils ont, chacun, une carte et un bon dûment signés par nos services qui leur en donnent droit. Nous, nous nous engageons à payer les 40 % du montant pris. Pour l’instant, nous avons cible « 50 retraités et veuves .Et, nous entendons  de l’étendre davantage au  grand profit de nos populations terrassées par les affres de la vie quotidienne ».