Un enseignant tance le dirpub du journal « Le Témoin »

TERNIR L’IMAGE DES ENSEIGNANTS NE SAURAIT VOUS PLACER SUR LE PIÉDESTAL DE L’ÉTHIQUE ET DE LA DÉONTOLOGIE…PAR BACARY SECK

Bacary Seck, enseignant

« Le Sénégal semble être une immense plaine de paroles où chaque jour, chaque semaine et chaque mois, au gré des vents, des graines de paroles arides, acerbes et mensongères s’élèvent, puis se dispersent dans un vacarme à vous casser le tympan pour enfin brutalement se noyer à jamais dans cet immense océan qu’est la sacralité de l’enseignant, de par son importance, sa conscience professionnelle, sons sens de l’éthique et de la déontologie irréfutables »

Cette remarque semble n’avoir pas été faite par beaucoup, dont ce monsieur qui, ayant un média à sa disposition, se croit à même de critiquer les enseignants, cette armée infatigable du savoir.

En effet, dans la parution du Mercredi 19 Mai 2020, le Directeur de publication du journal « Le Témoin », s’en est violemment pris à l’armée du savoir et de la connaissance : les enseignants. Pourquoi cet acharnement brutal envers des gens qui, quelles que soient les conditions pédagogiques, se sont toujours évertués à accomplir leur mission de façon correcte. Qu’est-ce qui peut pousser un homme à s’en prendre à toute une corporation ? C’est trop prétentieux de la part de ce monsieur de vouloir faire la leçon à des donneurs de leçons !

Faudrait-il rappeler à ce monsieur qu’il a été façonné, guidé, pétri, formé par les enseignants pour devenir ce qu’il est aujourd’hui (à moins qu’il ne l’ait été par la politique du « bras long »). Ne serait-ce que par respect à ceux qui l’ont façonné, devrait tourner sept cent mille fois (pas sept) la langue dans sa bouche avant de geindre des sottises.

Pour rappel, les enseignants n’ont jamais déserté l’espace scolaire de leur propre gré. La pandémie de la COVID 19 a poussé les autorités étatiques à fermer les écoles. Et c’est le Président de la République, SEM Macky Sall, qui a décrété un couvre-feu sur toute l’étendue du territoire national. Normal que les enseignants rentrent chez eux.

En ce qui concerne la reprise des cours, pour les élèves en classe d’examen, il est normal que nous demandions des assurances quant à notre sécurité et nos vies. Nous ne demandons qu’à terminer l’année et haut la main. Nous ne demandons qu’à voir nos élèves assimiler nos cours, réussir leurs examens, mais à quel prix? Nous ne pouvons imaginer mettre en péril nos vies et celles de nos élèves. Certes l’État est garant de notre sécurité à tous, mais nous sommes dans notre droit de demander des assurances avant de reprendre les enseignements-apprentissages.

En plus de cela, ce monsieur semble oublier que les enseignants aussi sont des parents d’élèves comme lui, et ils s’inquiètent autant que lui, sinon plus même.

Sous la pluie, le vent, le chaud soleil, la poussière…, des capitales régionales aux profondeurs du Sénégal, à l’école comme à la maison, sur son lit comme dans la rue, les enseignants s’acquittent de leur travail sans rechigner. Et quoi de plus normal que de demander de meilleures conditions de travail ! C’est un droit syndical que ce monsieur voudrait sans doute nous enlever.

Avoir à sa disposition un organe de presse ne vous autorise nullement à l’utiliser pour insulter, et de la plus vile des manières, cette corporation sans laquelle vous ne seriez pas à la place où vous êtes, vautré dans votre fauteuil, dans un bureau climatisé. Sans l’enseignant, vous ne seriez pas capable d’écrire ce « Ramassis de contrevérités » ! Et nous sommes certain que les gens qui ont eu à vous enseigner ne vous ont jamais appris à vous en prendre à quelqu’un qui a plus de mérite que vous !

Ils vous ont inculqué le savoir-vivre et le savoir-être nécessaires qui devaient vous interdire de parler de ce que vous ignorez.

« Niit kou baax, dafay moytou di wax safaane »…

M.Bacary Seck

Professeur de Français