Utilisation excessif de la force : le Comité des Droits de l’Homme sermonne l’Etat du Sénégal

Le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies a publié, ce jeudi 7 novembre son rapport sur ses observations finales concernant le 5e rapport périodique du Sénégal.

Le Comité note avec préoccupation les allégations de recours excessifs à la force lors de rassemblements et manifestations à but politique et des cas de décès survenus dans ce contexte.

Le Comité regrette en ce sens, «l’absence d’information sur l’issue des enquêtes diligentées, les peines prononcées et les réparations accordées aux victimes ou leurs ayant-droits (art. 6 et 7)».

Pour lui, l’État partie devrait faire en sorte que, dans tous les cas où il y a eu usage excessif de la force, que «des enquêtes impartiales et efficaces soient menées promptement et que les responsables soient traduits en justice». Mais également, «veiller à consolider les formations sur l’usage de la force à l’intention des agents de maintien de l’ordre, compte dûment tenu des principes de base sur le recours à la force et l’utilisation des armes à feu par les responsables de l’application des lois».

Ce n’est pas tout. Car selon toujours le Comité des Droits de l’Hommes des Nations Unies, «l’Etat partie devrait également s’assurer que sa législation sur le recours à la force soit conforme au Pacte et aux Principes ci-dessus mentionnés».