Les vautours attirés par les milliards du Chef de l’opposition

Débat autour du Chef de l’opposition : A quoi cela nous servira ?

Le débat autour du Chef de l’opposition ainsi que son statut resurgit avec le redémarrage des travaux sur le dialogue politique national longtemps interrompu à cause de la covid-19. Qui pour occuper ce rang de Chef de l’opposition ? Au plan que prennent les tournures au sein des travaux du dialogue politique national, tout tournerait en faveur d’Idrissa Seck.

Le Chef de file de Rewmi rallie le suffrage de la majorité de l’opposition qui participe à ce dialogue national. Khalifa Sall, Malick Gakou, Pape Diop, Madické Niang, Cheikh Adjibou Soumaré et d’autres, tous sont d’avis que c’est lui qui doit porter le rôle de Chef de file de l’opposition. Une position qui est loin d’agréer l’inénarrable Ousmane Sonko, le leader du Pastef qui voit en Idrissa Seck, un concurrent dangereux à la course pour l’élection présidentielle en 2024. Ousmane Sonko préfère Me Abdoulaye Wade qu’il avait jadis insulté comme tous les autres Chefs de l’Etat du Sénégal.

La position d’Ousmane Sonko est en fait loin d’être fortuite. Avec Abdoulaye Wade qui enfile le statut de Chef de l’opposition, son fils Karim Wade (52 ans aujourd’hui 1er septembre 2020) pressenti pour le succéder à la tête du Parti démocratique sénégalais (PDS) pour briguer le suffrage des Sénégalais, mais qui a peur de revenir sur le territoire national pour ne pas se faire emprisonner à nouveau, Ousmane Sonko veut garder une marge de manœuvre.

D’autant que le Chef de l’opposition ne s’évertuera qu’à protéger ses intérêts et disposera d’un colossal budget de guerre estimé à deux (2) milliards FCFA, l’année, pour son propre fonctionnement. Le fonctionnement de son cabinet qui, en réalité ne servira qu’à entretenir sa clientèle politique. Cela Ousmane Sonko ne compte nullement l’accepter pour Idrissa Seck.

Idrissa Seck pour sa part, ragaillardi par les bénéfices substantiels tirés par lui lors de la dernière élection présidentielle en 2019, et qui a sa dernière carte à jouer en 2024, n’acceptera pour rien au monde que Me Abdoulaye Wade, par l’intermédiaire de qui ce sera son fils Karim Wade, ne l’obtienne pour agir en son nom, à celui de toute l’opposition.

L’opposition n’aura jamais de Chef. Divisée, ce ne sera qu’une partie des leurs, intronisé Chef de l’opposition qui parlera en son nom. Finalement, l’on se demande :

  • à quoi servira le Chef de l’opposition ?
  • Est-ce au Dialogue National qui n’est pas une institution de désigner le chef de l’opposition ?
  • Est-ce de la responsabilité des chefs de partis de désigner leur chef comme un syndicat de travailleurs ?
  • Le statut du chef de l’opposition n’est-il pas inscrit dans la constitution ?

La rédaction de Xibaaru