Ultimate magazine theme for WordPress.

Vidéo: le coronavirus a-t-il été créé à partir du VIH ?

0

Le coronavirus aurait été créé dans un laboratoire de Wuhan par des scientifiques qui cherchaient à créer un vaccin contre le VIH, selon une théorie relayée par le professeur Luc Montagnier.

Prix Nobel de médecine 2008, celui-ci affirme être parvenu à ce résultat avec l’aide d’un ami mathématicien, Jean-Claude Perez, qui a analysé le génome du Covid-19. Mais ce génome ne contient pas de séquence du VIH, comme nous l’expliquent plusieurs spécialistes.

Les propos de Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008 et médecin désormais controversé, selon lequel le Covid-19 aurait été créé à partir d’une séquence du VIH, sont très repris. Mais son affirmation est « complètement fausse et n’a aucun sens biologique », assurent les spécialistes interrogés

FAKE OFF

L’hypothèse selon laquelle le Covid-19 aurait été créé dans un laboratoire de Wuhan – soit volontairement soit par accident – n’est pas nouvelle. Comme nous l’expliquions fin janvier, cette théorie circulait déjà sur les réseaux sociaux sans qu’aucun élément concret n’aille en ce sens. Et elle a connu un regain de visibilité ces derniers jours à la faveur de différents articles indiquant que les services de renseignement américains étudiaient sérieusement cette possibilité parmi d’autres, bien qu’aucun élément n’accrédite cette hypothèse à ce stade.

« On connaît très bien les mutations acquises par le virus, à quel niveau elles ont eu lieu et comment elles lui ont permis de franchir la barrière d’espèce. Il n’y a aucun doute sur le fait que ce virus n’a pas été fabriqué en laboratoire », explique Monsef Benkirane à propos du SARS-CoV-2, dont le génome est constitué d’ARN, un acide nucléique.

« L’acide nucléique est une succession de mots composés à partir de quatre lettres, en l’occurrence, A, U, C et G pour le virus ARN. Si on cherche des séquences courtes de deux ou trois lettres dans des génomes différents, on va forcément les trouver, mais ça ne veut pas dire que les deux génomes sont les mêmes ou que l’un vient de l’autre. Prenez les deux phrases « je regarde la télévision » et « je lis un livre » : elles partagent un même mot, « je », mais elles ne sont pas les mêmes pour autant. On retrouve forcément des mots identiques dans des textes complètement différents », détaille le spécialiste.

« Aucune raison de le relier au VIH »

En clair, si certaines successions de mots du génome du SARS-CoV-2 se retrouvent dans celui du VIH, on les retrouve aussi dans de nombreux virus différents, sans qu’elles n’aient de valeur probante ou qu’elles puissent être associées à un virus en particulier plutôt qu’à un autre. C’est ce qu’expliquait déjà Trevor Bedford, spécialiste anglophone des virus, début février, en réaction à « l’étude indienne » aujourd’hui citée par le professeur Luc Montagnier, et qui soutenait que la présence de quatre régions spécifiques dans le SARS-CoV-2 – et absentes d’autres virus de cette famille – émanait du VIH. « Ces brèves insertions existent bien […] mais une simple [recherche de régions similaires entre plusieurs séquences] sur des séquences aussi courtes correspond à une énorme variété d’organismes. Il n’y a aucune raison de le relier au VIH », expliquait ainsi le spécialiste.

Olivier Schwartz, responsable de l’unité « virus et immunité » à l’Institut Pasteur, était lui aussi revenu sur cette étude début mars pour France Culture (à partir de 0’44 ci-dessous) : « Une équipe de chercheurs a montré des homologies de séquence entre ce coronavirus et HIV. Mais en fait, ça n’a aucune signification. La séquence du virus, c’est une suite d’acides nucléiques […]. C’est 30.000 lettres différentes qui se suivent. 30.000 lettres, c’est à peu près 30 pages d’un livre. Et ils ont comparé ces 30 pages de livre à 30 pages d’un autre livre, le livre du VIH, et ils se sont aperçus qu’il y avait des groupes de 3 ou 4 lettres en commun. […] Statistiquement, il y a forcément des homologies mais cela n’a aucune valeur, c’est dû au hasard. »

En outre, « l’étude indienne » avait été mise en ligne le 31 janvier 2020 sur le site bioRxiv en version « pre-print », sans être relue par la communauté scientifique – un processus qui permet aux experts scientifiques du domaine de s’assurer de sa fiabilité et de vérifier sa méthodologie, ce qui prend généralement plusieurs mois.

En l’occurrence, face au tollé de la communauté scientifique, qui avait dénoncé le manque de sérieux de leur méthode et les résultats qu’ils en avaient tiré, ses auteurs l’avaient finalement retirée en expliquant ne pas « avoir voulu alimenter des théories complotistes et se défendre de toute affirmation de ce genre », et en promettant de retravailler leur étude avant de la publier de nouveau. Contactés par 20 Minutes, ils n’avaient pas répondu à nos sollicitations avant la parution de cet article.

« Comment se fait-il que vous soyez tout seul sur ce sujet ? »

Si nous n’avons pas non plus été en mesure de joindre Luc Montagnier, le docteur Gérard Guillaume, médecin spécialisé en rhumatologie, nous explique comment le professeur en est venu à partager sa théorie dans « Pourquoi docteur » : « Je travaille avec le professeur Luc Montagnier depuis dix ans, je fais partie de son groupe de travail informel constitué d’une quinzaine de médecins de disciplines différentes, dont l’ambition est de réfléchir – en étudiant de la littérature scientifique notamment – sur les infections froides et leur rôle dans les maladies chroniques. »

« Nous sommes au courant de son travail sur le coronavirus depuis mars : il a réalisé 88 séquençages de génomes et a trouvé la séquence du VIH 87 fois. Lors d’une réunion de travail en visioconférence, le 11 avril, le professeur Montagnier nous a fait part de ses dernières avancées sur le virus et je lui ai dit « Comment se fait-il que vous soyez tout seul sur ce sujet ? », avant de lui dire que son devoir était de parler aux médias s’ils ne venaient pas à lui. J’ai donc contacté Jean-François Lemoine, qui m’avait interviewé il y quelques années », poursuit Gérard Guillaume, en précisant : « Le professeur Montagnier s’attendait à subir des tirs de missile pour avoir partagé sa théorie mais il m’a dit : « J’ai 87 ans, mon avenir est derrière moi, je ne crains rien » ».

De son côté, Jean-Claude Perez, l’ami mathématicien cité par Luc Montagnier comme co-auteur de l’étude, nous explique étudier « depuis trente ans la biomathématique de l’ADN », après avoir travaillé en tant que « chercheur à IBM ». « On travaillait avec Luc Montagnier depuis août sur d’autres sujets, et on s’est penchés sur le coronavirus après son apparition. Grâce à un outil dont je dispose pour vérifier les génomes, nous nous sommes penchés sur celui-ci et nous avons découvert qu’il évoluait beaucoup par rapport aux précédents SARS. Puis nous sommes tombés sur la publication d’un Américain, sur le Web, qui affirmait qu’une région du SARS-CoV-2 ne se retrouvait pas dans les autres SARS et en l’enlevant on augmentait son intégrité au lieu de la réduire », affirme-t-il

laissez un commentaire