Ultimate magazine theme for WordPress.

Côte d’Ivoire : un grand brouteur « sexuel » arrêté

0

Arnaque sexuel via internet : il promet de l’argent aux filles et refuse de les payer après les rapports sexuels…

Arnaqueur sexuel via internet depuis 2021, le nommé DTFA a pris 6 filles à son miroir aux alouettes et menacé de balancer les images et les vidéos de leurs ébats sexuels sur la toile. Il a été interpellé par la PLCC.

La Plateforme de la Lutte contre la Cybercriminalité (PLCC) vient de mettre fin aux activités répréhensibles d’un arnaqueur sexuel. Il s’agit du nommé DTFA, passé maitre dans l’art de l’arnaque sexuelle depuis 2021. Différent des brouteurs ordinaires qui soutirent de l’argent à leurs victimes via internet, DTFA sollicite des faveurs sexuelles à une fille via les réseaux sociaux pour un client moyennant une somme d’argent.

Il abuse des pauvres filles ‘’cadeau’’

En fait, dans cette pratique, DTFA est à la fois le proxénète et le client. Il abuse des pauvres filles ‘’cadeau’’, comme on le dit prosaïquement. Lorsqu’une fille avide d’argent est prise à son miroir aux alouettes, il lui donne rendez-vous pour passer à l’acte, mais en retour ne paie pas la somme promise et menace de publier les vidéos et les images de sa victime qu’il a filmée discrètement.

Selon la PLCC, l’arnaqueur sexuel possède un compte Instagram. Dame C.A. qui est sa 6ème victime a été contactée via sa messagerie privée par le compte Manuella _Yasmine. Derrière ce compte (qui n’est autre que celui de l’arnaqueur), se trouve une dame. Celle-ci, lui fait la proposition d’entretenir des rapports intimes avec un de ses clients moyennant la somme de 130 000 F CFA.

Et pour mieux s’accorder, elle demande à dame C.A. d’échanger sur WhatsApp. Dame C.A., adepte de ‘’bizzi’’, lui remet son contact téléphonique pour poursuivre les échanges sur WhatsApp. « Dame Manuella _Yasmine, insiste sur la discrétion et sur l’effectivité du paiement une fois le travail effectué », raconte la PLCC.

Hésitante au départ, dame C.A. finit par accepter la requête. Elle a des soucis financiers et les 130 000 francs promis peuvent faire son affaire. Le ‘’marché’’ conclu, le numéro du client (DTFA, en fait) lui est remis. Quelques instants plus tard, l’arnaqueur la contacte et lui donne rendez-vous dans un hôtel, le même jour pour ‘’abattre le gibier’’.

Pendant leurs ébats sexuels, DTFA enregistre à l’insu de dame C.A. des vidéos et des images à son insu

Tête baissée, dame C.A. fonce en direction du lieu du rendez-vous. Le reste se passe entre les amants d’un jour. Pendant leurs ébats sexuels, DTFA enregistre à l’insu de dame C.A. des vidéos et des images. Au terme de la partie de jambes en l’air bien rythmée, l’homme fait savoir à C.A. qu’elle doit se rendre chez dame Manuella _Yasmine pour recevoir son argent.

La pauvre se précipite au lieu du rendez-vous, mais Manuella _Yasmine brille par son absence. Pis, elle ne décroche aucun des appels émis par C.A.

Quand elle décide de la contacter sur Instagram pour lui faire part de son mécontentement, elle reçoit en retour, ses vidéos et images suivies de menace de publication sur les réseaux sociaux.

Dame C.A. a peur et tremble de tous ses membres. Mais elle prend son courage pour saisir la PLCC. Avec le soutien du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), la PLCC ouvre une enquête. Les investigations menées conduisent au nommé DTFA qui ne fait aucune difficulté pour se mettre à table et avouer être le propriétaire du compte Manuella_Yasmine et de miss_auriane_1.

Il a été conduit devant le parquet avec pour charges l’utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personne physique et proxénétisme par le biais d’un système d’information.

Source Linfodrome

laissez un commentaire