Ultimate magazine theme for WordPress.

« Abdou Mbacké Bara Dolly ou la bouche d’un déshonorable détritus »

Cheikh Abdou Mbacké Bara dolly
0

Le Sénégal tombe de plus en vers l’absolue désinvolte langagière plus distinguée à l’endroit des hommes qui, par l’accident des circonstances ou par la résultante de compromissions, ont pu trouver le siège dans de hautes stations politiques, à l’exemple d’un hémicycle.

La toge des ancêtres, l’appartenance familiale ou religieuse permettent au Sénégal à beaucoup de machinaux de se hisser au sommet par la voie politique. Le complexe de l’appartenance ne permettant pas aux Sénégalais une certaine exigence dans le choix des personnes qui les représentent. Pour être un bon politicien au Sénégal, il faut être un bon calomniateur.

Dans un pays normal, cet homme sui generis ne devait, même devant le gap le plus remarquable, avoir le privilège de poser les meules sur le banc bien rangé d’une assemblée, à moins qu’il ne soit celui disposé à des visiteurs venus prendre de nouvelles du fonctionnement d’une Assemblée nationale, à l’exemple des élèves d’une école.

Insulter une institution présidentielle, la diffamer sans aucune forme de retenue et rehausser le buste et crapahuter tranquillement, montre combien, dans ce pays, beaucoup ignorent le symbolisme assez particulier de l’institution présidentielle. Nous avons amorcé au Sénégal une situation dangereuse sans précédent. Abdou Mbacké Bara Dolly reste à coup sûr un homme déshonorable dont le seul culte est la bavure, les luttes mondaines, restant ainsi loin des chantiers bien bâtis de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, le Khadimoul Rassoul de tous les temps.

Oui, il faut de la politique dans ce pays. Elle offre une vaste table autour de laquelle on doit souvent se retrouver pour évoquer des questions existentielles aux seules fins et aux seules motivations de trouver des accords autour de nos divergences, mais dans l’élégance la plus profitable que possible.

Depuis que l’ignorance a mis le pays dans l’œuvre politique au Sénégal, l’élégance et la morale ont pris, aux pas de feu, la tangente. Nous devons repartir sur de nouvelles bases et renouer avec l’élégance républicaine pour sauver notre action politique aujourd’hui liée à trop de mal commis ou dis sur autrui. La mauvaise parole conduit au mauvais acte. Le mauvais acte, et logiquement, peut conduire aux conséquences néfastes.

Par Sana SEYDI

laissez un commentaire